Trollquipeut.com

Forum de Jeux de Figurines, de Cartes et de Rôles des Pyrénées
 
AccueilPortail - TrollCalendrierRechercherS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 [ Z-Corps ] The Dead States

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: [ Z-Corps ] The Dead States   Mer 16 Fév - 10:33

•Episode I : The Dead States.

-23 Juin 2010, à Lawrence, Petite ville de l'état du Kansas.

-7 Personnes qui ne se connaissent pas, au parcours et à la vie très différente se retrouvent réunis dans le labo du Professeur Leister, ce chercheur qui travaille pour une grande compagnie mène actuellement des recherches sur le sommeil, il à donc passé une annonce dans le journal locale pour trouver 7 volontaires moyennant une prime de 1.000$. Après une série de test rapide et la signature des assurances d'usage, les 7 cobaye sont guidé vers une petite salle ou ils vont passer 1 mois en sommeil simulé, un état proche du coma...

-25 Juillet 2010, Lawrence.

-Le décompte sur le panneau témoins affiche Zéro, une alarme retentit dans la pièce tandis que les caissons de sommeil s'illumine. Les système auxiliaire prennent le relais et de petit vérins hydraulique injecte des produit pour faciliter le réveil et la récupération des cobaye dans leur leur perfusions.

-alors que le sentiment de vertige les quittes peu à peu, les 7 personnes du labo se relèvent, et scrute la pièce . . .mais ou est Leister ?

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Mer 16 Fév - 10:33

25/07/11 : Hôtel Cardinal

J'ignore qui vous êtes, mais si vous lisez ces lignes, c'est qu'il n'y a pas que nous qui ayons survécu.
Je m'appelle Kenneth Ford et je suis vivant.

Tout a commencé il y a un mois quand j'ai du participer à une expérience basée sur le sommeil avec six autres personnes.
Le docteur nous avait dit que le procédé était parfaitement sûr, qu'il avait tout prévu.
Tout sauf une apocalypse zombie une semaine avant la fin de l'expérience.
On sort donc de nos supers caissons d'isolation dans un labo désert, sans la moindre explication.

On aurait tout à fait pu finir comme dans n'importe lequel de ces films, bouffés, si l'un de nous n'avait déjà rencontré des zombies.
Mieux, ce black fait carrément partie des forces spéciales de OneWorld et plus précisément des Z-corps, un groupe spécialisé dans ces bestioles.
Il nous a donné tout les détails sur ce qui semble être des infectés. Ils sont rapides, résistants et se dirigent autant au son qu'à l'odeur.
Le cocktail parfait pour un film sans survivants si vous voulez mon avis. Au moins, les animaux ne sont pas inquiétés...
Un message du doc sur le répondeur nous apprend l'existence de points d'extractions.
Gentille attention du doc, mais la localisation des points aurait été utile.

Une blonde prend le commandement du groupe en disant être du FBI. ça commence à faire beaucoup de coïncidences, mais bon...
"On" décide d'aller visiter le commissariat à la recherche de flingues et d'infos sur les points d'extraction.
Pas âme qui vive dans les rues. Que des morts... Et des morts-vivants.
Pas de problème pour atteindre le commissariat, le black trouve même sa voiture avec ses armes à l'intérieur.
Dans le commissariat, on trouve une carte complète avec les points.
Ainsi que des armes (dont deux '38' spécial police et une boite de 36 cartouches), des tenues plus adaptées à la course pour les filles, des lampes-torches et de quoi trimballer le tout.

Et des zombies !!!
Notre tentative de sortir discrètement est foirer par le gros lard.
Nous devons donc fuir.
Certains étant plus lents que les autres, je décide de les couvrir avec mon calibre.
Le gros lard, loin de montrer sa reconnaissance, me bouscule en fuyant.
Résultat, je suis obligé d'exploser la tête d'un zombi qui me foncé dessus.
Heureusement que je portais une blouse récupérée dans le labo...

Donc, nous partons au Cardinal, un hôtel où la plupart des gens avaient laissé leurs affaires.
Il y a de l'eau pour rincer ma tête et détacher les bouts de crâne qui parsèment mes cheveux.
Les quelques zombies dans l'hôtel sont enfermés dans des chambres, il faudra d'ailleurs que je pense à les marquer.
On ferme l'hôtel et on dine avec les conserves.
Note: le ravioli froid est aussi dégueulasse qu'il en a l'air.
Les lits sont confortables, par contre.

Demain j'irais déposer ce carnet sur la table de la réception.
Si vous venez ici, sachez que nous allons répondre au message d'un survivant qui nous donne rendez-vous au country club près du parc au sud.

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Ven 11 Mar - 12:12

Journal de Ryan Brooks agent de l'unité d'élite le z-corps.

Apres avoir pris conscience que j'allais revivre le meme cauchemard que dans ce laboratoire avec mon unité,apres avoir echappé de justesse à la mort dans le commissariat avec les autres survivants, quand nous nous sommes couchés dans l'hotel histoire de prendre du repos, j'ai quand meme eu l'audace d'esperer que tous sa n'était qu'un cauchemard,une autre forme de mon traumatisme engendré par toutes les missions effectuées auparavant.
Mais je me suis trompé,c'est le hurlement des hostiles à l'exterieur qui m'as reveillé,leur cris inhumain annonçant clairement leur besoin de manger et d'entrainer le reste des vivants avec eux dans leur farandole.La veille nous avons abaissé le rideau de fer de l'hotel pour leur barrer la route,meme si ce rideau à parfaitement tenu,sa ne les empeché pas de temps en temps de prendre leur elans et de venir violemment percuter le rideau pour nous devorer.
Aujourd'hui, nous devions nous rendre pour midi dans le Lawrence country club à quelques patés de maison de l'hotel.C'est de la que provenait le message radio du mysterieux individu qui annonçait un lieu sur et des vivres.Et etant donné le chaos qui regne en ville ce genre d'opportunité ne se refuse pas.
C'est à ce moment la que Bud,une veritable montagne humaine aussi bien en longueur qu'en largeur a emis le souhait de retourner à son camion pour recuperer du carburant qui effectivement aurait pu nous etre utile.Ayant voulu bien faire,j'ai pris la decision de l'accompagner et de le couvrire le temps de recuperer le carburant car il aurait sagit que d'une question de minutes peux etre moins avant qu'un groupe de hostile nous repere et nous prenne en chasse.Cet precisement à ce moment la que nous avons apperçue à environ 100 metre de moi et bud deux hostiles qui héraient aux alentours de l'hotel mais aucun des deux ne nous avaient encore reperé.Il fallait donc jouer la carte de la discretion et Bud venait enfin de recuperer la totalité du carburant dont ilo disposait.Lorsque j'ai voulu faire demi tour ma matraque qui était accrochée à ma ceinture, eut la trés bonne idée de se decrocher et de tomber par terre provoquant ainsi un terrible vacarne,suffisement terrible pour que les deux hostiles se retournent et nous reperent.Leur reaction fut immediate,ils se sont lancé à toutes vitesse sur nous,leur yeux rouge injectés de sang,la bave aux levres tel des chiens et en hurlant de rage comme si nous etions la chose la plus detestable au monde.
Il fallait quitter desuite la cour et regagner l'hotel au moment de prendre la fuite bud ne put trouver autre chose que de chuter par terre à l'avantage des hostiles qui chargés droit sur nous.J'ai immediatement tenté de le relever mais sans succés,beaucoup trop lourd pour que je puisse le remettre sur pied et partir avec lui.Meme mieu il m'entraina à mon tour dans sa chute.La situation était passé de jouable à quasiement perdu d'avance.
Et les deux hostiles étaient à present sur nous.L'un des deux se jette sur moi, j'ai tenté de le repousser à coup de poings mais rien à faire,ses hurlements de rage me perçaient les oreilles.Jamais je n'avais été confrontés d'aussi pres avec un hostile.J'ai tout de meme reussi à le repousser à me relever et rejhoindre l'hotel.
Ken,un autre survivant étant resté à l'entrée de l'hotel, réussi à abattre l'hostile qui avait tenté de me reconvertir en non mort.
A ce moment la, bud pu repousser à son tour son adversaire se relever et partir à son tour,sauf que l'hostile éliminé precedemment avait repandu tout son sang contaminé par terre et Bud Glissa violement sur cette dernière et se retrouva de nouveaux par terre.
C'est la que l'inquietude me concernant actuellement à fait son apparition, en voyant Bud de nouveaux en difficulté,je pris la decision de retourner de nouveaux pres du camion lui porter secours.Et la,je ne sais expliquer ce qui m'est arrivé jamais auparavant dans les missions que j'ai effectué,je n'avais fait une tel erreure.
Je sortis mon arme et ait tiré une balle sur l'hostile étant à deux doigts de devorer Bud.Sauf que bud était au contact de ce dernier et ma balle par la meme occasion lui perfora son bras le faisant hurler de douleurs.
Mes membres se sont mis à trembler immediatement, qu'avais-je fais??Sa fait des années que je suis dans le Z-corps jamais au cour des missions je n'avais fait de bourdes pareil.J'ai toujours pris les bonnes decisions en situation de combat et jamais je n'ai fait quoi que ce soit mettant en danger la vie d'autrui.
Que venait t'il de m'arriver??Pourquoi avais-je craqué à ce moment la??La honte et la culpabilité venaient à ce moment meme de s'approprier ma propre vie.Et sur le coup, j'aurais largement preferé mourir devoré par un hostile.
Mais CENSURE je fais partie du Z-Coprs, une unité d'élite de One World,cs genres de situation font partie de mon job je sais d'ordinaire parfaitement les gérer.
Et si je devenais mentalement instable??Et si ma petite depression annonçée par mes superieurs était en réalité beaucoupl plus grave??......J'en sais rien mais au fond de moi j'ai peur et la chose qui me fait plus peur que les hostiles eux-memes ben c'est peux etre moi au finale.
Au moment de mon acte le regard que m'ont lancé les autres m'as fait me ressentir comme un moins que rien.Et ils avaient parfaitementb raison de penser sa de moi.
Si bien que Sam la jolie Blondinette agent du FBI, m'as immediatement ordonné de me controler sinon elle me supprimait mon arme.En temps normale une personne non membre des rangs superieurs du Z-Corps m'aurait parlé comme sa,se serait faite directement remballé mais sur le coup je ne sus rien lui dire en guise de reponse.
Deaclan repaire à ce moment la une horde d'hostiles nous fonçeant droit dessus.Il fallait que je me reprenne et garder mon sang froid.Je suis un soldat du Z-Coprs CENSURE je connais parfaitement les Hostiles, c'est pour les affronter que je suis devenu soldat.Bud fut immediatement evacué et nous nous somme enfermés le plus rapidement possible dans l'hotel.Et vu que arreter l'hemoragie était impossible et que Bud quittait petit à petit le monde des vivants par le sang s'écoulant de sa blessure Ken et Andrea prierent la decision de l'emputer le bras.Andrea reussit parfaitement son coup l'amputation est net et extremement bien réalisé.Bud perdit conscience quelques instants

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Dim 3 Avr - 19:18

27/07/11 : devant le Center for Disease Control de Lawrence.
Je ne sais pas pourquoi je continue à écrire, il ne restera rien de ces pages.
Si vous lisez ces mots, vous devez vite quitter la zone de quarantaine.
A moins que vous ne les ayez découvert sous des décombres vitrifiés.
Ou que l'humanité soit condamnée à disparaitre.
Dans ce cas, vous aurez certainement le temps de chercher les épisodes précédents dans le registre de l’hôtel Cardinal, au nord ouest d'ici et dans la ford grise immatriculée IOU 360 près de ce qu'il reste du Country Club.
Quoiqu'il en soit, sachez que nous sommes un petit groupe de survivants et que vous devez aller à la dernière page pour savoir ce que nous avions prévu de faire.
Aujourd'hui je vais vous raconter ce qu'il nous est arrivé après l'explosion du country club.

Nous avions trouvé un van pour remplacer le minibus que le comptable avait abandonné à la merci des flammes.
Ce con de Z-corps, en bon agent d'élite, tombe dans les pommes et nous sommes obligés de le trimballer dans le van.
Après quelques palabres, Sam a convaincu les autres d'aller dans la zone résidentielle pour retrouver sa maison.
Avec mon aide, nous avons pu la trouver au fin fond d'une impasse.
Je décide de faire le guet pendant que le steward, la flic et le comptable partent chercher les affaires du flic.
Passé un certain temps, je remarque du mouvement à l'entrée de l'impasse.
Comme je n'ai aucune envie d'attendre de voir que ce sont des zombies, je rentre dans la maison dire aux autres de lever le camp.
Après avoir fait remarqué à cet abruti de comptable que les infectés ne parlent pas et qu'il pouvait baisser son arme, nous filons à travers une horde que nous semons assez rapidement.

Je les conduis chez moi, parlant du bar de mon père alors que la geekette réclamait de l'alcool pour Bud.
La visite se passe relativement bien, j'évite furtivement un zombie enfermé dans un placard(probablement par mon père) et je retrouve ma chambre avec mon treillis honoraire NRA et mon UZI.
Les autres fouillent ma maison dans un calme qui dure jusqu'à ce que le concierge cinglé klaxonne dans le but évident de tous nous faire tuer.
Nous fuyons donc par le nord, vers le premier point d'extraction, situé sur le parking du bowling.
La flic a la présence d'esprit de sermonner le concierge, mais pas le pragmatisme de le laisser derrière nous.

Enfin bon, nous arrivons sur le parking, légèrement fortifié en camp militaire.
Nous nous scindons en deux groupes, un pour le parking et un pour le bowling.
La tente centrale ne contenait rien d'intéressant, mais nous avons pu faire le plein en siphonnant les voitures alentours.
L'autre groupe ne trouve qu'une soixantaine de zombies dont un incroyablement rapide qui a réussit à accrocher son bras au parechoc du van pendant notre fuite.
Le reste du corps n'a heureusement pas tenu et nous avons pu partir sans problèmes vers le deuxième point d'extraction, complètement vide.
Le parc aquatique dispose de bungalow que nous fouillons suffisamment longtemps pour que des zombies entourent nos véhicules, excités par cet abruti de concierge.
Le comptable, qui était parti avant, trouve le moyen de rentrer dans le van et de démarrer pendant que le concierge les arrose avec le magnum du ZCorps, certainement sans son accord.
Nous envisageons un instant de profiter de la diversion pour partir dans l'autre voiture.
L'instant ne dure que le temps qu'une balle de magnum détruise le réservoir de celle-ci, nous obligeant à foncer dans le van en repoussant les créatures au prix de quelques armes.

Un nouveau sermon sur la discrétion et nous cherchons un endroit pour la nuit.
La flic désirant être proche d'un lieu en particulier(celui où vous avez trouvé ces pages, normalement), je propose un quartier proche de l’hôpital avec des bâtiments relativement hauts dont le toit nous permettra de passer une nuit relativement tranquille(on s'habitue aux gargouillis et aux râles à une vitesse alarmante).
Une fois notre bonheur trouvé et son accès assuré, nous laissons les fous et les impotents aux bons soins de la geekette afin de fouiller le CDC.
Moi et Bud fouillons les bureaux de la croix rouge au deuxième étage tandis que Sam et les deux autres fouillent les autres.
Aucun problème à part un vase brisé.

Lorsque nous sortons, Sam se retrouve avec un M16 et un sourire...inquiétant...
De notre côté, nous avons une trousse de soin et un tube d'alu pouvant me servir à maintenir les zombies à distance.
Nous grimpons sur le toit et mangeons nos boites(les haricots froids, c'est pire que les raviolis).
Là, Sam nous montre le reste de ses trouvailles.

Deux clés, l'une étant une clé de contact pour hélicoptère et l'autre portant une étiquette marquée hôpital.
Le steward, ayant remarqué un reflet sur le toit de ce dernier, sort son fusil à lunette et le pointe vers celui-ci.
Il y a effectivement un hélicoptère.
Et il dit savoir le piloter.
J'émets des réserves, mais Sam nous explique que la zone est sous quarantaine et clôturée pour empêcher les piétons de passer.
De plus, une frappe nucléaire est prévue dans 3 jours.
Nous nous couchons, sûr que notre prochaine destination sera un hôpital rempli d'humanoïdes affamés.
J'espère qu'il n'y aura pas d'autres problèmes...

PS: pardon à la SylvaCorp d'utiliser ses feuilles de compta pour mon journal, mais le papier se faisant rare, j'ai du en utiliser le verso.
Sinon, la ligne 456 comporte un zéro en trop.

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Mar 28 Fév - 12:52

28/07/11 : centre hospitalier de Lawrence
Je sais pourquoi j'écris.
J'écris pour oublier la mort approchant.
J'écris pour rappeler l'espoir fuyant.
Si vous lisez ces lignes, il est déjà trop tard.
Néanmoins, sachez que je suis le même qui a écrit les pages au CDC, au country club et à l’hôtel dont le nom n'a probablement aucune importance à l'heure où vous lisez.
La dernière fois que j'ai écrit, tout semblait s'emboiter. La route vers la survie semblait claire et directe.
Mais rien ne se déroule jamais comme prévu.
ça avait si bien commencé pourtant...
On a pu se mettre en appétit en écrasant quelques zombies du haut du toit où on dormait.
Le chemin vers l’hôpital était tranquille.
Neville a pour une fois été utile en attirant les zombies dans une voiture réquisitionnée par l' "employé d'assurance"(le comptable, pour les précédents).
La porte de devant se s'ouvrait pas, pas grave: la clé ouvrait sans doute derrière.
C'est pas le cas, pas grave: l' "employé d'assurance" arrive à la crocheter.
Enfin à l'intérieur, et ô merveille, un escalier est juste à côté.
Plus qu'à monter et en route vers la liberté!
C'est alors que les ennuis commencèrent.

Rétrospectivement, il était évident que l'alarme se déclencherait.
ça ne nous a pas empêché de paniquer pendant que nos tympans étaient vrillés.
La seule solution sensée, la fuite dans l'escalier étant compromise par des verrous magnétiques, fût de sortir avant de rameuter tout les mort affamés.
Le temps de retrouver une audition normale nous nous sommes rendu compte que l' "employé d'assurance" avait disparu.
Un bruit d'accélérateur écrasé et un bruit de vitre, puis de tôle fracassée nous signala sa solution pour entrer dans l’hôpital tonitruant.
Nous sommes donc retourner devant pour voir le van encastré dans le bureau d'accueil.
Il y avait 5 zombies: un sous la voiture, deux à droite remarquant notre présence et deux autres qui cognaient contre la portière pour atteindre le conducteur assommé.
Point positif, l'alarme couvre les tirs.
Nous arrivons donc à abattre les deux qui nous attaquaient, celui qui avait enfoncé la portière ainsi que celui qui essayait de grignoter
Le comptable trouve même le moyen d'achever celui coincé sous la voiture.
L'alarme ne gêne pas longtemps, le local électrique étant juste à côté.
Un interrupteur baissé fait mourir la nuisance.
Nous observons les plans de l’hôpital tout en savourant le silence.
Trois escaliers.
Nous montons celui que l'alarme avait bloqué.
Bud, qui n'avait rien pu faire puisque non armé, rattrape son quota en euthanasiant les cadavres sur les marches.
Manque de bol, l'escalier ne va pas jusqu'en haut et l'agencement étrange de l'étage maximum ne permet de rejoindre les autres.
Le deuxième(à gauche en entrant) étant gardé par deux ambulants, nous préférons opter pour la troisième voie.

Au bout de celle-ci, nous voyons non pas le toit et la liberté du ciel bleu, mais une placard à balais ainsi un sas pare-balle, mais ouvrable par la clef marquée "hôpital".
Le sas servant à la décontamination, je réclame la séparation en deux groupes, l'un explorant les pièces et l'autre surveillant la cage d'escalier.
Le Zcorps et le comptable se portent volontaires.
Après quelques minutes au cours desquels ils nous signalent une pièce à éviter, ils reviennent, extrêmement pressés.
Un grognement sourd et le tremblement du sas se fissurant nous fait comprendre que l'étage n'est pas sûr.
Pendant que nous fuyons vers le rez de chaussée, le comptable récupère du savon qu'il verse sur les marches.
Du bas de l'escalier, nous entendons le sas exploser et un bruit sourd comme si une vache faisait du roller dans les escaliers.
N'ayant aucune envie de rencontrer le patineur, nous décidons d'affronter le duo de l'escalier.
C'est en fait un trio, mais un coup d'automatique les cloue sur place.
Nous montons les escaliers quatre à quatre.
Le pilote, qui n'est plus tout jeune, a un point de côté.
Entendant la bestiole arriver, je décide de vider sur les marches le jerrican que j'avais emporté au cas où l'hélicoptère manquerait de carburant.
La blonde tient absolument à tirer sur le monstre, ce qui lui signale notre présence.
Le comptable lance enfin son briquet sur le monstre, ainsi qu'un sac remplit de décapant, d'alcools et d'un tas d'autre trucs inflammables récupérés chez moi.
L'explosion crame la créature, ainsi qu'une bonne partie de l'escalier.

Nous montons pour trouver, non pas le toit(encore une fois), mais des bureaux ainsi qu'un ascenseur.
La blonde trouve de la paperasse expliquant que l’hôpital a été converti en point d'accès pour les hélicoptères de la CDC.
Du coup, l'ascenseur a été blindé et ils ont installé un verrou ouvrable par une clé détenue par l'officier d'évacuation qui se trouve être celui qui nous coursait sur le parking du bowling.
Le ZCorps propose de casser les portes de l’ascenseur avec de l'azote liquide que lui et le comptable avaient repéré en fouillant l'étage en passant par le sas.
Justement il y en a un à côté.
Le Zcorps et moi passons le sas.
20 zombies se retournent simultanément dans la pièce de l'autre côté.
Nous faisons demi-tour pour chercher un autre plan.
Le comptable bricole un grappin avec un pied de chaise roulante et d'une paire de draps.
Le Zcorps parvient à l'accrocher au grillage du toit.
Le comptable grimpe, sort le flingue que je lui avait prêté pour tirer deux fois, puis glisse.
Heureusement qu'il s'était attaché avant...
Du coup, au lieu de s'éclater au sol, il s'éclate le crane contre le bord de la fenêtre dans la plus grande tradition du cartoon.
On le remonte et on réfléchit le temps qu'il reprenne ses esprits.
Le nouveau plan est d'aller à la caserne au sud pour trouver un camion avec une graaande échelle.
Nous descendons au rez de chaussée où nous achevons les trois zombies qui récupéraient de notre précédente visite.
Dehors il y a une ambulance en état de marche et une autre avec le plein.
Heureusement, j'ai emporté le matériel à siphonner.
On the road again,
Looking for firemen...

Nous sommes obligés de continuer à pieds, les voitures étant trop nombreuses.
Ça nous permet de voir pourquoi la CDC veut carboniser la ville.
En contrebas, hors d'atteinte, une horde grouillante et affamée tendaient les bras vers nous.
1 km plus tard, la caserne est enfin en vue.
Le comptable part devant et attire deux zombies sur la geekette et le zcorps.
Le comptable tente d'abattre le zombie sur la geekette et réussi à exploser la jambe du pilote.
Le zcorps parvient à éliminer son opposant tandis que je tire celui de la geekette.
Finalement, il abat aussi celui qui était sur moi.
Le pilote étant blessé, on demande à la geekette de le soigner.
Elle a été mordue...

Je la soigne assez pour lui permettre de le rafistoler.
Elle s'évanouit après la dernière suture.
Et il n'y a pas de camion avec une graaande échelle.
Le point positif, c'est que les zombies gardaient une jeep blindée avant leur mort.
De plus la caserne n'a pas été pillée.
Ce qui signifie qu'on a de nouvelles haches à incendies et un kit de désincarcération!
Tout ce qu'il faut pour ouvrir un ascenseur bloqué.
On a même un chalumeau.
On charge tout ce qu'on peut dans la jeep et on menotte la geekette inconsciente.
Des fois qu'à son réveil, elle décide de nous boulotter.
De retour à l'hosto, on laisse la blonde surveiller les comateux pendant qu'on monte le matériel devant l'ascenseur.
Ouvrir les portes nous révèle que l'ascenseur est en haut(et blindé).
Il va falloir bricoler le boitier.
Le chalumeau me permet de l'ouvrir sans problème.
Le comptable(je doute vraiment qu'il bosse dans les assurances) commence à bricoler les circuits.
Il parvient d'abord à déclencher le verrouillage de sureté des portes, puis à faire descendre, un peu, l'ascenseur.
Il dit en avoir pour deux heures.
Le Zcorps descend avec Bud, nous laissant le talkie.
Je discute un peu avec le comptable pendant qu'il bricole.
On va s'en sortir.

Soudain, deux tirs tonitruants explosent dans le vide de l’hôpital.
Au talkie, le Zcorps nous explique qu'il avait donné son arme à la geekette.
Un tir était son suicide, le précédent signalait la destruction du radiateur de la voiture.
Une réaction étrange si on y pense.
Si elle avait voulu nous condamner, elle aurait abattu le pilote.
Il n'empêche que les tirs ont réveillé le bâtiment.
Au vu de l'importance de l'ascenseur, nous décidons de mettre le talkie au minimum.
Justement, le Zcorps a verrouillé son talkie en émetteur.
Ce qui nous permet de l'entendre courir dans l’hôpital puis se battre contre une horde qui devait être planquée dans la cafétéria.
D'après ce que je peux entendre, il a eu le temps d'en décapiter deux ou trois avant d'être submergé.
Ainsi périt Ryan, vaillant soldat du plus grand cartel pharmaceutique.
Par la fenêtre je peux voir les autres en train de fuir avec une voiture.
Je crois qu'il s'est sacrifié pour éloigner le gros des troupes.
Nous voilà seuls, avec les zombies.
Leurs grattements se rapprochent alors que la voiture s'éloigne.
Je prépare une corde de sortie avec ce qu'il reste de draps pendant que le comptable continue de faire descendre l'ascenseur.
Celui-ci s'ouvre enfin.
Il est 15h00.
Plus que quinze heures avant la fin de Lawrence.
J'espère que les autres reviendront avant.
En tout cas, ça me laisse du temps pour écrire.

PS: Les papiers parlaient aussi de passages réguliers d'hélicoptères. Dans ce cas, POURQUOI ON EN A PAS VU UN SEUL?

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Mar 28 Fév - 12:53

Ci dessous : la fin de la saison 1 :

_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
petit coeur
Chef Troll
Chef Troll
avatar

Nombre de messages : 662
Age : 37
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 12/10/2006

MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   Mar 28 Fév - 12:53

H -15 avant INFERNO







Faisons les comptes ! Le monte charge est opérationnel, le quatrième étage est à notre portée mais il y a un petit souci : un hélicoptère sans pilote, ça ne sert à rien. Je dis à Ken, je crois qu’il s’appelle comme ça, que nous devons les attendre, Sam, le pilote et Bud avant de monter au quatrième et ce fut une sage décision…



Le temps passe au troisième étage de l’hôpital, les grognements des hostiles dans les pièces d’à côté ce font de plus en plus insistants et pour combler le tout une panne d’électricité générale nous coupe l’accès à l’hélicoptère. Décidément ce n’est pas notre jour de chance…



Il nous faut une solution et vite. On se triture les méninges avec le jeune et après quelques minutes de réflexion, il nous vient une idée, pas la plus brillante mais la plus réalisable dans notre situation actuelle.



On traine le groupe électrogène dans l’ascenseur, on ouvre la trappe du monte charge et je mis faufile. Ken me fait passer un tabouret qui va mettre utile afin grimper sur les câbles jusqu’au 4eme étage ou je pourrais mettre en place les pinces d’extraction qui ouvriront les portes de la cage d’ascenseur. Un plan simple et qui repose en parti sur mes épaules. Donc, je n’ai pas le droit à l’erreur.



Ken monte à son tour sur le monte-charge par la trappe. Je m’attache les pinces dans le dos avec une ceinture saute sur les câbles muni de gants en cuir. Je glisse aussitôt car les câbles sont trop graisseux mais Ken me rattrape et puise dans ces dernières ressources pour me pousser le plus haut possible.



J’arrive à prendre prise au niveau du 4eme. Je tiens en équilibre en me tenant aux câbles avec une main, les 2 pieds sur des rebords et mon autres bras essayant tant bien que mal d'insérer les pinces entre les portes de la cage d’ascenseur. Il me faut bien 20 minutes pour y arriver.



Je demande à Ken d’allumer le groupe électrogène mais il n’est plus là. Je lui demande ce qu’il fout, je commence légèrement à fatiguer…Il revient et me dit que les autres sont revenu par la corde de draps que l’on avait fait au cas ou, pour fuir, mais qu’il me faut attendre un peu car ils doivent hisser le pilote. 5 minutes plus tard tout le monde et dans le monte-charge. Les portes de celui-ci sont souder, juste au cas où. Tout le monde est sur le monte-charge sauf Bud qui est sur le toit d’un immeuble. Ken allume le groupe électrogène grâce à une barre de fer. Le bruit est terrible, on dirait un moteur d’avion. Il faut faire vite car les zombies ne vont pas tarder à rappliquer ! Les pinces ouvrent petit à petit les portes du 4eme étage.



Les portes sont enfin ouvertes et donnent accès à un couloir, vide. Sam me lance son couteau de combat pour que je puisse bloquer les portes. Les pinces tombent et manquent de tuer quelqu’un. Le groupe électrogène s’arrête, plus d’essence, et laisse place à un vacarme beaucoup plus inquiétant. Les portes qui ont été soudé sont en train de se faire éventrer et je pense savoir qui en est la cause. Je me repose dans le couloir le temps que tout le monde grimpe.2 minutes passent et tout le monde est dans le couloir. Au bout de celui-ci se trouve une porte. Sam ouvre la voie. On n’a plus trop le choix car ça s’excite dans la cage d’ascenseur et je ne veux pas savoir combien il y a d’hostiles qui sont prêt à nous dévorer. Sam ouvre la porte et commence à faire feu au M16 sur les 2 hostiles qui se présentent à elle. Collégialement, nous la précédons et faisant de même. Une fois les 2 zombies HS, il nous reste une dernière porte entre ouverte à pousser. On arrive enfin sur l’héliport. Le pilote check l’hélico et il manque du kérosène. Par chance, on aperçoit une pompe prévu à cet effet. Sam et moi, nous nous occupons de faire le plein tandis que Ken commence à souder la porte d’entrée de l’héliport.



Puis survient un fracas impressionnant. Ken se prend la porte de plein fouet le projetant à quelques mètres. De l’entrée, sort le monstre que nous avons déjà rencontré, une masse de muscle s’approchant vers nous.

Voyant cette monstruosité, nous avons eu le même réflexe, pointer nos armes vers lui afin de lui vider nos chargeurs dans sa tronche.
Je pense que le monstre n'a pas eu le temps de comprendre ce qui se passait quand une pluie de balles s’abattit sur lui, enlevant au passage quelques morceaux de sa tête et autres parties de son anatomie.
Ken se releva et lui vida frénétiquement son chargeur de Uzi pour au final lui enfoncer le chalumeau dans sa tête, pour être bien sur...au cas ou.

Le plein terminé, on embarque dans l'hélico, direction la ville la plus proche en récupérant Bud au passage qui s'ennuyait sur son toit.

Nous apercevons en sortant de la ville la désolation causé par les zombies, c'est l'enfer sur terre.Mais on n'est sain et sauf, c'est le principal et on se dirige vers une autre endroit, sans zombies...

Pendant la durée du voyage, je dévoile enfin mon identité. Je ne suis pas un comptable mais un simple voleur d'art, en fuite...

Nous arrivons dans cette nouvelle ville, enfin... Notre satisfaction est de courte durée quand nous apercevons dans les rues le même chaos qui habitait Lawrence. Les hostiles sont les maitres de lieux et si nous voulons survivre, il nous faudra trouver un éden au milieu de ce cauchemar mais ça, seul l'avenir nous le dira...


_________________
http://terresdouest.xooit.com/index.php

" Une balle perdue ne l'est pas pour tout le monde"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ Z-Corps ] The Dead States   

Revenir en haut Aller en bas
 
[ Z-Corps ] The Dead States
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ Z-Corps ] The Dead States
» [Z-corps] the Dead States : Saison 2
» Z-Corps
» John Marston - Red Dead Remption ( facile )
» [FS] Sega Naomi The House of the Dead 2 cart + sense board

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollquipeut.com :: Le jeu de rôle :: Rapports-
Sauter vers: