Trollquipeut.com

Forum de Jeux de Figurines, de Cartes et de Rôles des Pyrénées
 
AccueilPortail - TrollCalendrierRechercherS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 41
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Dim 17 Déc - 23:23


Chapitre I

Mes pérégrinations m'ont mené vers cette petite auberge du Talabecland nommée le "Coq Hautain". De nombreuses personnes étaient déjà attablées autour d'une bonne assiette de nourritures ou d'une bonne chope de bières. Je commandais un repas à l'aubergiste et m'assit là où il restait encore de la place. Cinq autres personnes m'accompagnaient dans ce dîner. Nous ne nous connaissions pas et nous fîmes donc les présentations de coutume. Il y avait là un halfeling au caractère bien singulier, deux personnages de la noble race des nains dont l'un était trés expressif et parlait fort, ainsi que deux autres hommes dont l'un semblait être un marchand qui venait de se faire voler sa cargaison par des bandits.
Les discussions allaient bon train et nombre d'entre elles tournaient autour de l'or. Les gens de l'Empire sont-ils si intéressés que ça par les choses matérielles? Que Sigmar nous préserve!

Alors que je quittais mes compagnons pour vider mon trop plein d'urine, j'eu la surprise de tomber sur un homme emprisonné qui me supplia de l'aider. Il m'expliqua ainsi qu'il avait été arrété par erreur car il avait été pris pour un chef de bandits qui sévissaient dans le coin. Les patrouilleurs devaient arriver dans 2 jours tout au plus afin de le pendre. Il me soutint qu'il était innocent et en voulait pour preuve que sa femme et sa ville vivaient dans un petit village plus au Nord.
Je décidais d'en avoir le coeur net et de me rendre dans ce village. Que Sigmar ne puisse jamais dire que j'ai laissé un innocent mourir! Les routes étant peu sûres et mes compagnons de table semblaent être des aventuriers, je leur demandais de m'accompagner. Ils acquiessèrent, non sans avoir discuter du nombre de couronnes qu'ils pourraient gagner...

Nous partîmes le lendemain matin, prenant place dans la charrette du marchand. Le trajet fut tout ce qu'il y a de plus banal et nous arrivâmes donc dans le petit village en fin d'aprés-midi. J'ai vite trouvé la petite maison de la femme du prisonnier qui confirma ses dires. Les habitants s'attroupèrent, clamants haut et fort que l'homme ne pouvait être qu'innocent. Nous reprîmes la route en suivant, accompagnés de la femme et de sa petite fille. Malheureusement, la nuit tomba alors que nous étions sur le chemin. Les hurlements des loups se firent de plus en plus proche et c'est donc sans aucune surprise que nous fûmes attaqués par 5 d'entre eux.
Je vis que l'un des nains était en trés mauvaise posture face à 2 loups et je me jetta donc dans la mélée en brandissant ma torche allumée d'une main et mon fidèle marteau de l'autre. Les carnivores se tournèrent vers moi. Je brisais le crâne de l'un d'eux mais le deuxième parvint à me blesser profondément. Heureusement, mes compagnons vinrent à ma rescousse et nous pûmes faire fuir la meute. Le bilan n'était pas trés favorable. Le nain était gravement blessé et je ne valais guère mieux. Mais Sigmar nous a protègé et nous n'avons déploré aucune perte.

Meurtris, nous décidâmes de monter un camp pour passer la fin de la nuit. L'aube se leva. Nous reprîmes la route et arrivâmes bien vite à l'auberge du "Coq Hautain". Une foule était assamée devant une potence. Les patrouilleurs étaient arrivés et s'apprétaient à pendre le prisonnier. La femme qui nous accompagnait clama son innocence et la foule et les patrouilleurs finirent d'être convaincus lorsque la petite fille se jetta dans les bras de son père. La joie et la satisfication emplirent mon coeur. Rien n'est plus gratifiant que de sauver la vie d'un innocent. Surtout dans le monde décadent dans lequel nous vivons. Que Sigmar veille sur cette petite famille!

Notre petite troupe reprit la route vers le Nord afin d'aider le commerçant à retrouver ses marchandises volées. Je me suis fait un petit plaisir - Que Sigmar me le pardonne! - en conspuant le chasseur de primes qui avait fait la misérable méprise. Il se retira, le regard plein de haine envers ma personne. Je crois que le Chaos chemine au sein de son esprit et son coeur.

Maximilian Krieger, initié de Sigmar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Lun 18 Déc - 12:39

Super, ça me permet de connaître la fin et je trouve très bien rendu ce à quoi j'ai assisté(à l'argent toujours l'argent....).
Revenir en haut Aller en bas
figpas
baby Troll
baby Troll
avatar

Nombre de messages : 3653
Age : 42
Localisation : tarbes
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Lun 18 Déc - 20:44

excellent le compte rendu

on s'y croirait et bravo pour l'ambiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 41
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Lun 18 Déc - 23:43

Vu l'enthousiasme de la foule hurlante de désir, je continue Wink . Car ce n'était pas tout à fait fini (la partie a été trés trés longue, mais étant débutant je ne sais pas si c'est habituel). Ce chapitre est un peu plus résumé. Bonne lecture.

Chapitre II

En chemin, nous rencontrâmes un groupe de frères de notre foi. Mais j'appris par la suite que l'habit ne fait pas le moine. En effet, nous arrivâmes à une clairière où nous découvrîmes ce que le mot horreur signifie. Des pauvres gens avaient été massacrés et avaient été abandonnés là, en proie aux corbeaux et autres charognards. En m'approchant de l'un d'eux, je découvris un souffle de vie. La femme m'expliqua qu'une troupe de bandits déguisés en moines les avait attaqué et avait enlevé une petite fille. Cette dernière était en fait la fille unique du baron von Radisch qu'il avait caché à la cour afin de la soustraire aux complots politiciens. Elle me supplia de sauver l'enfant. Je la rassurai en lui jurant que je la retrouverais et la ramènerais à l'intendant du baron. Son âme quitta son corps. Nous nous obligeâmes à enterrer les morts dans une sépulture décente.

Nous avons donc rebroussé chemin à la poursuite des faux moines. Que Sigmar les renit pour les milles années à venir pour avoir osé profaner notre sublime foi. Malheureusement, nous arrivâmes trop tard. Leur charrette détruite bloquait la route et les corps massacrés jonchaient le sol. Des corps de peaux-vertes gisaient aussi parmi eux. J'avais déjà entendu parler de ces créatures mais c'était la première fois que j'en voyais de mes propres yeux. Quel est donc le dieu qui permit à ces horreurs de vivre? La fille ne faisait pas partie des morts et nous décidâmes donc de poursuivre notre recherche en suivant les traces que les Gobelins avaient laissés derrière eux. Nous nous enfoncâmes dans la forêt.

Nous atteignîmes le camp des monstres. Ces derniers faisaient rôtir le cheval afin de le dévorer, tandis qu'un loup se repaissait dans un coin. 4 d'entre eux partirent. Avec 3 de mes compagnons nous avons essayé de les intercepter mais en vain. Nous avons donc pris notre courage à deux mains et avons pris le campement d'assaut. 8 Gobelins et 1 loup nous faisaient face. Aprés un combat acharné nous les avons renvoyés vers leurs dieux maudits. C'est durant ce combat que je compris que Sigmar veillait sur moi. En effet, alors que je sentais ma fin proche et qu'un monstre m'assénait un coup qui aurait dû étre fatal, je fus simplement renversé et je sentis la puissance de notre Seigneur envahir tout mon corps, ce qui me permit de reprendre part au combat. Loué soit Sigmar!

Nous délivrâmes la pauvre enfant. Mais à notre grande horreur, alors que nous nous apprétions à repartir, les 4 Gobelins revinrent, accompagnés de 3 créatures plus grandes et plus costauds. Des Orques. Et l'un d'entre eux était immense et impressionnant. Nous dûmes livrer une nouvelle bataille. Les Gobelins prirent la fuite et nous pûmes tuer les peaux-vertes, non sans difficultés. Mon fidèle marteau prit la misérable vie de l'un d'eux.

Le retour vers la civilisation se déroula sans encombres et nous arrivâmes chez l'intendant du baron von Radisch sans difficultés aprés quelques jours. L'homme nous apprit une bien mauvaise nouvelle. Le baron était mort il y a peu, d'un accident de chasse et le Grand Duc avait nommé un nouveau baron à sa place. Ce dernier avait remplacé l'intendant par un autre. Mais l'homme jura d'élever la petite fille comme si elle était sa propre fille et nous pria de ne rien révéler de son existance, de peur que sa vie ne soit en danger. Il nous offrit une bourse pleine de couronnes pour nos services et nous prîmes congé.

Maximilian Krieger, initié de Sigmar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Mar 19 Déc - 21:34

"-ouais c'était trop bien, on à vue des gobelins et des orques, on s'est fait attaqué par des loups, on à bu des bières dans une taverne et on à sauvé une petite fille : vivement la prochaine aventure.
en plus le nain nous à dit que les femmes naines existaient bel et bien (se serait pas un mythe!!!) et il nous à promit de nous amener dans sa cité pour nous en présenter!!! et aprés maximilian (l'initié de Sigmar) il à dit qu'il m'aiderai à rencontrer sigmar (y parait que c'est un dieu!!, trop bien!!) et puis on boiera d'autres bières dans d'autre tavernes et on sauvera pleins de gens et on mm...mm...mmm...mmmm.....;."

une main venait de s'abattre vivement sur la bouche du halfling pour le faire taire. C'était un des habitués de la taverne du "cochon souriant" qui en avait assez entendu pour la soirée et venait de décider que le hobbit avait finit de raconter son histoire.
Personnes dans l'auberge n'y préta attention et chacun reprit le cour de ses pensées autour de l'âtre qui faisait danser les ombres des voyageurs qui s'étaient arrété là pour passé la nuit et qui reprendraient leur chemin dés que l'aube aurait enfin décidé de se montrer...

c'était le point de vue du hobbit; écrit par :
le halfling au caractère singulier.

pour info on finit pas toujours à 5h du mat, défois on décide de s'arréter avant (ou plus tard...)
Revenir en haut Aller en bas
Vorack
Pluss chef des chefs!
avatar

Nombre de messages : 158
Age : 42
Localisation : le nether
Date d'inscription : 31/08/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Jeu 21 Déc - 10:11

J'approuve ce qui a été dit: c'et excellent et donne envie de jouer...

Pour le reste, j'espere que Terminus ne fera pas son apparition dans ton histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.trollquipeut.com
figpas
baby Troll
baby Troll
avatar

Nombre de messages : 3653
Age : 42
Localisation : tarbes
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Jeu 21 Déc - 14:24

terminus y peut pas
il se débat avec la béte du gévaudan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 41
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Jeu 21 Déc - 16:22

Ben, merci pour vos commentaires. A bientôt (j'espère) pour de nouvelles aventures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 41
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Dim 29 Juil - 14:08

Moi, Maximilian Krieger, j'écris ces mots sur un bout de parchemin décrépi que j'ai pu trouver. Car aujourd'hui, tout a changé pour moi. Oui, tout à changé depuis ce jour d'hiver où le petit homme Fullip me retrouva au Grand Temple de Sigmar à Altdorf. En effet, aprés mes dernières péripéties, j'étais revenu à Altdorf pour y parfaire ma connaissance de notre Seigneur à tous et continuer mon apprentissage. Donc oui, ce jour-là, Fullip le Halfling me retrouva et je partis avec lui afin de tenter de le faire venir à Sigmar. Il était accompagné d'un homme, un mercenaire au nom de Rolf. C'est un peu plus tard que nous rencontrâmes, dans une auberge Estalienne de la cité, un nain au nom de Durak. C'est alors que nous fîmes la rencontre de ce qui se révèla être le début de ma fin.

Un étranger mystérieux et son garde du corps nous demandèrent de les aider. Les deux hommes disaient venir d'un lointain pays du Sud, et la grande lame recourbée que portait Suladan, le garde du corps, ainsi que ses étranges tatouages sur le visage, confirmaient leurs dires. L'étranger mystérieux, qui se cachait derrière un masque d'or, disait être un Prince, à la recherche d'objets qui lui avaient été dérobé il y a de très nombreuses années. Et le dernier des voleurs se trouvait à Altdorf.

Nous avons accepté, que Sigmar nous pardonne!

Nous avons fait de nombreuses recherches dans Altdorf, notre cité, symbole de la puissance de notre si bel Empire. Je décidais d'orienter mes recherches à la Grande Bibliothèque, lieu où sont entreposés tous les savoirs du monde connu. Mal ou bien m'en pris, je ne sais encore le dire... Tout ce que je peux dire, c'est que le pays n'existait plus et que le nom du pays que je cherchais été banni du savoir et interdit de connaissances. C'est exactement ce que me dit le Sorcier d'Améthyste qui fut convoqué par l'Erudit de la bibliothèque. Il rajouta que toute personne faisant ce genre de recherches impies était soupçonnée d'adoration du mal. Je ne trouvais le salut de me sortir de ce mauvais pas que par le fait d'être un Enfant de Sigmar. Loué soit Sigmar. Qu'il me vienne en aide et me protège jusqu'à ce que je rejoigne les jardins de Morr.

Lorsque je revis mes camarades, je leur expliquais ma mésaventure. Ils avaient également fait des recherches de leur côté. Et nous savions que le dit voleur, Ludwig Hardheim, avait une échoppe de préteur sur gages, prés du marché. Disons plutôt que c'est son fils, Friedrich, qui tenait l'échoppe.

Nos avis étaient partagé quant à savoir comment poursuivre notre enquête. Pour moi, tout était clair. Le Prince mystérieux, notre commanditaire, était le mal. Cela ne pouvait être autrement de la part d'un homme qui disait être d'un pays disparu et banni par des puissants de notre fabuleux Empire. L'Empire ne peut se tromper. Car Sigmar est l'Empire et Sigmar connaît la vérité. Durak confirma mes pensées en expliqant qu'il avait senti la mort autour de cet étranger, et avoir vu un scarabé s'échappait de ses amples vêtements poussièreux. Pour moi, il était le mal, il était la mort. Je le crois toujours aujourd'hui, même si beaucoup de choses ont changé. Fullip et Rolf n'étaient pas d'accord. Pour eux, même si leur pays était banni, ils ne représentaient pas forcément le mal. Ils pensaient que l'on devait tout de même les aider. Je leur pardonne, ils n'ont pas la connaissance et l'érudition que j'ai pu acquérir lors de mes études.
C'est alors que les évènements se sont précipités et que tout s'est enchaîné. Nous avons été nous renseigner chez Friedrich, mais à part lire la peur dans les yeux du jeune homme, que Sigmar le garde, nous n'avons pu avoir aucun autre renseignement. Nous rentrâmes, dépité. Mais le nain Durak recelait d'ingéniosité. J'ai encore du mal à bien comprendre comment il s'y était pris, mais toujours est-il qu'il est revenu au petit matin, les bras encombrés par une caisse remplie de vieux parchemins, les fameux trésors volés au Prince maudit. Contre l'avis de Rolf et Fullip, lui et moi sommes partis au Grand Temple de Sigmar pour dévoiler à mes supérieurs le mal qui rôdait dans Altdorf, et ainsi protéger l'Empire. Je n'étais qu'un simple Initié alors, et je savais que seuls les grands de mon ordre aurait la capacité de contrer ce mal. J'avais foi en mon église. J'avais foi en mes supérieurs. Ce fut mon erreur. Je sais maintenant qu'il ne faut pas avoir foi en des hommes. Seul Sigmar est digne de foi. Et maintenant je sais que des hommes qui se réclament de lui ne sont pas toujours digne de lui.

Car en effet, à peine je dévoilais le terrible mal à mes supérieurs que je fus suspecté d'hérésie! Quelle infamie, moi, un hérétique. Alors que toute ma vie est dédiée à l'Empire et à Sigmar. Je fus jeté en prison, tandis qu'un bûcher était érigé. Je perdis le contact avec Durak qui réclamait la présence d'un Sorcier d'Améthyste.

C'est seulement quelques heures plus tard que la porte de ma prison s'ouvrit. Le Sorcier était là. Il m'expliqua qu'il était intervenu en ma faveur. Il ne me croyait pas hérétique et pensait simplement que j'étais une brebie égarée. Je ne sais comment il a fait, mais il a réussit à convaincre mes supérieurs. Je fus banni de mon ordre et jeté à la rue comme un malpropre. Selon eux, les soupçons, qui avaient pesés sur moi, avaient jeté l'opprobe sur le Temple et je n'étais plus digne d'en faire parti. Mon marteau sacré me fut retiré, ainsi que mon symbole de Sigmar. Je me retrouvais abandonné, mendiant pour vivre et vagabondant à travers les rues.

Je ne sais pas ce qu'il est arrivé au Prince maudit, ni ce qu'il adviendra de moi. Mais je sais maintenant que l'ordre de Sigmar est corrompu et dirigé par des gens qui n'en sont pas digne. Finalement, c'est une bonne chose, ce qui m'est arrivé. Sigmar me met à l'épreuve. Je ferais tout pour en être digne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
figpas
baby Troll
baby Troll
avatar

Nombre de messages : 3653
Age : 42
Localisation : tarbes
Date d'inscription : 02/09/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Lun 30 Juil - 20:31

joli

bravo trollcrusher, trés bon rapport de partie, merci a toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Eldorai
Parasite
Parasite
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 30
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Mer 31 Déc - 15:03

MESSAGE ORIGINALE DE FIGPAS
Voici un rapport de partie de JDR ( warhammer nouvelle édition) qui a eu lieu mercredi 26 09 07

MD
trollcrusher

Joueurs
eric D. Groderick le nain poil au menton
domi Rolf le mercenaire humain, ex vagabond
plicky Fullip le halfling facétieux et bavard
figpas Konrad Jagger mercenaire humain aussi et ex chasseur…

donc

Groderick et Konrad reviennent d’une petite escorte pour le compte des coches Mein Kopf
Une entreprise de diligence qui effectue des voyages depuis Altdorf
Les compéres, ainsi que Rolf sont embauchés par les Coches pour servir d’escorte et protéger les passagers des dangers du vieux monde…

De retour a Altdorf, ils se dirigent directement a la taverne Estalienne du « PApagayo Verde » ou ils ont élu domicile temporairement.

Quelle ne fut pas leur surprise de voir un pan entier de cette taverne mis a bas, et des ouvriers en train de consolider ce qu’il en reste….

Cependant la vieille batisse a résister et sert toujours d’auberge…

Une fois a l’intérieur les deux compagnons retrouvent Rolf attablés avec une vielle connaissance le halfling Fullip….
Les retrouvailles se font autour d’un bon repas et d’une choppe de biére.

Puis Hans, l’un des administrateurs des Coches entre a son tour dans l’auberge…
Il semble qu’il cherche a voir ses employés…

Un nouveau départ est imminent, et pour l’occasion Fullip sera lui aussi embauché…

Au petit matin suivant les quatre amis se rendent au bâtiment qui abritent les coches…
Groderick et Konrad sont payés de leurs derniers emplois mais la maigreur du salaire pousse les mercenaires à négocier une prime. Même en ayant obtenu gain de cause, leur foi en leur profession de mercenaire vient d’en prendre un coup….une remise en question s’impose, elle viendra certainement bientôt…

Puis vient le départ, deux coches menés par Wilhelm et Wilbur, déjà rencontrés dans une autre aventure…
Huit passagers, visiblement de marque…
Deux femmes, deux hommes âgés, deux hommes visiblement extrait du peuple, un nain et un répurgateur …

La première journée de voyage se passe sans encombre avec une halte le soir à l’auberge relais…puis deuxième jour de voyage….une pluie fine se met à tomber….

Arrivés dans un passage boisé, un tronc d’arbre bloque le passage du coche de tête…
Loin d’être la par hasard, des hommes bêtes surgissent des sous bois…

S’ensuit une mêlée assez indescriptible ou Groderick le nain fera un carnage…
Fullit caché sous une diligence organisera la libération du passage avec quelques passagers…
Rolf aura bien du mal à contenir la rage des hommes bêtes. Il assistera impuissant a l’enlèvement d’une des deux dames de la compagnie…
Mais Konrad jusqu'à présent peu connu pour sa vaillance subira un changement important.

Son passé chargé remontera à la surface à la vue des bêtes du chaos…
Son arc fera tomber deux d’entre eux alors qu’au corps a corps sa hache emportera la vie de trois autres…
Ses traits marqués par une haine intense, Konrad n’était plus vraiment lui-même…

Les coches purent s’enfuir dés que Fullit eut libérer le passage mais Groderick tenta de rattraper l’homme bête qui avait enlevé notre passagère…
Rolf blessé et Konrad tentèrent de rattraper Groderick en vue de le ramener à la raison…
S’enfoncer dans ses bois touffus n’était pas une bonne idée, la passagère était perdu…
D’autant que partout, des signes faisaient état d’un très grand nombre d’homme bêtes….

Les trois combattants durent se résigner à abandonner la passagère, la mort dans l’âme.

Ils tentèrent de retrouver la route et de rejoindre leurs compagnons mais ceux-ci ne les voyant pas revenir avait décidé de chercher refuge dans un village proche.
Les trois compagnons tombèrent une fois de plus sur quelques abominations isolés et Rolf (encore lui) faillit y laisser la vie….

Bien décidé a retrouver les diligences, les hommes suivirent les lourdes empreints imprimées dans les ornières de la route jusqu’au village…

Le village était doté de palissade et des sentinelles armées d’arc protégeaient l’accès…

Une fois identifier, les trois compagnons furent emmener à l’auberge, et y retrouvèrent Fullit et les passagers survivants…

Repas et soins furent donnés…

Mais un incident troubla la relative quiétude de leur repos…un enfant turbulent jouait au pied de l’aubergiste…celui-ci fut gêné et un pan de son tablier se souleva…dévoilant alors une patte poilue terminé par un sabot…
Le mal était parmi nous…

Parmi les compagnons seuls Groderick et Konrad s’aperçurent de cela.

Mais Konrad dont la personnalité avait été sérieusement ébranlé ne pu pas, ne pas agir…

Il demanda à parler en privé avec le Répurgateur et lui dévoila ses soupçons…le répurgateur lui avoua avoir les mêmes mais semblait vouloir en priorité protéger les membres de l’expédition…

Konrad aidé de la seconde passagère mis au point un stratagème pour démasquer l’aubergiste aux yeux du répurgateur sans éveiller les soupçons de ce dernier…ce qui fut chose faite…mis devant le fait accomplis, Konrad et le répurgateur dételèrent deux des trois chevaux valides pour partir chercher des renforts dans la ville proche….le troisième cheval sera alors donné à Rolf qui s’était un peu rétablis..

Les trois cavaliers partirent donc en pleine nuit et ce malgré la pluie, la nuit et les dangers que pouvaient comprendre une telle entreprise…leurs décisions étaient claires…il fallait abattre le mal…

Arrivés à la ville, le répurgateur fit son rapport aux autorités, un contingent de 50 templiers fut mobilisés, menés par une dizaine de prêtre…

La force armée fit route immédiatement vers le village des horreurs, Rolf et Konrad suivirent la caravane en se demandant ce qu’il avait bien pu advenir de leurs amis, laissés en place…


Arrivés au village les palissades étaient dressées et les sentinelles menaçaient dangereusement les templiers…
L’officier responsable du détachement hésita un instant nous faisant même parvenir auprès de lui pour tenter de sauver les âmes non corrompues que pouvaient représenter nos passagers et amis, mais tout s’écroula lorsque nous découvrîmes l’identité de la personne envoyée négocier pour les villageois ? Groderick le nain en personne…

Qu’avait t’il pu se passer pendant notre courte absence ?

Il n’y eut alors plus une solution…
Nous regardâmes les templiers charger les palissades et se livrer au massacre des villageois…la corruption pouvait se voir sur les corps de nombre d’entre eux, nous fortifiant dans l’idée que nos actes n’étaient que justice…

Après le massacre nous inspections le village, lorsque nous tombons sur le corps de Fullit.
Rolf qui avait l’œil exercé se rendit compte alors que la vie n’avait pas quitté son corps…

Je vis la un signe de la clémence divine, Sigmar avait épargné l’innocent Fullip, je me perdis alors en exclamation de joie face à la bonté de ce dieu…

Mais les templiers plus suspicieux décidèrent d’abord de vérifier si Fullip était corrompu ou pas, dans ce dernier cas ses heures seraient comptées…

Le Halfling fut ficelés et remis aux bons soins des prêtres…
Son sort serait connu de retour à la ville….

Nous reprîmes donc le chemin du retour emboitant le pas à l’armée de templiers…et s’est alors que me vint l’idée que notre acte fut réellement utile …plus utile qu’aucun de mes actes ne le fut jamais…dorénavant je proposerai mes services au répurgateur et au temple de Sigmar dont je crois encore à la bonté…

Je sentis alors quelques réticence de la part de Rolf, le sort de Fullip l’inquiétait, obscurcissant alors son raisonnement…nous prenions alors deux voies différentes…

Quant à Groderick, personne ne retrouva son cadavre dans les décombres du village brulé…qu’était il advenu de lui ? Avait il était vraiment corrompu ? Était il toujours en vie ?

Ce voyage sera le dernier que notre groupe fera pour les coches Mein Kopf….

_________________



Dernière édition par Eldorai le Mer 31 Déc - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdr.power-heberg.com/
Eldorai
Parasite
Parasite
avatar

Nombre de messages : 51
Age : 30
Localisation : Tarbes
Date d'inscription : 10/09/2007

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   Mer 31 Déc - 15:03

MESSAGE ORIGINALE DE TROLLCRUSHER.
Compte-rendu rapide d'une séance-transition...

Le halfling Fullip était donc aux mains des Répurgateurs et des Templiers de Sigmar. Enfermé dans une cellule lugubre, il attendait son procés pour hérésie.

Malgré la torture, il n'avoua jamais être un adorateur du mal (en fait... il s'évanouit à la première brûlure).

De leur côté, Konrad et Rolf attendait patiemment le début du procés. Un jeune elfe tenta bien de les amadouer en leur proposant de faire évader leur acolyte contre monnaie sonnante et trébuchante. Que nenni, les deux aventuriers croyaient en la justice de l'empire (ou préférait ne pas trop s'en mêler, c'est un choix). En plus, la gueule de l'elfe ne leur revenait pas trop. C'est en faisant preuve d'une grande maîtrise de soi qu'ils ne l'occirent pas ou ne le dénoncèrent pas aux autorités.

Entre temps, Konrad s'entretint entre quatre yeux avec un Répurgateur, qui voyant la grande loyauté de cet homme à l'Empire et à Sigmar (ou vit son grand talent de suceur de première), décida de l'embaucher en tant qu'homme de main (ou homme de compagnie, l'avenir nous le dira).

Le procés débuta. Les deux acolytes firent preuve d'un talent de grand orateur pour sauver leur demi-ami du bûcher. Plus ils parlaient, plus Fullip sentait l'odeur du halfling grillé poindre à l'horizon. D'ailleurs lui-même, à part un timide "je suis innocent", ne fit pas preuve d'un grand talent verbal (ce qui est sûr c'est qu'ils feront pas de la politique dans l'empire).

Contre toute attente, et notamment grâce à l'intervention du répurgateur durant le procés (et ma foi de Rolf, Konrad et même de Fullip et de son air innocent), le juge jugea (c'est son boulot) que Fullit avait été purifié du chaos durant l'incendie purificateur du village par les templiers. Mais afin d'en être sûr et certain, et vérifier qu'un troisième oeil ne lui pousse pas au milieu du front et que son esprit n'est pas corrompu, le halfling sympa et affamé devait passer une année de sursis en tant que demi-homme de main du répurgateur afin que ce dernier le surveille. En cas de désertion, Fullip aurait sa grassouillette tête mise à prix.

Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes...

C'était donc une séance-transition assez rapide.
J'avoue que j'ai été assez nul dans ma maîtrise de la partie et qu'on est un peu resté sur notre faim malgré quelques moments de bravoure de RP. Du coup, Sylvain, au fond d'une cellule et Ugo, l'elfe rejeté par les 2 acolytes, ont passés une bonne partie de la séance à regarder les autres attendre patiemment que le procés se déroule sans tenter grand-chose.

J'espère faire mieux la prochaine fois! (l'avantage, c'est que ce sera difficile de faire pire pour moi!!!! Wink )

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jdr.power-heberg.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Warhammer JDR] Carnet de route de Maximilian Krieger
» Carnet de route d'une orpheline: l'envol
» Carnet de route d'un tank a DS 10 HM
» Voyage
» Carnet de route 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollquipeut.com :: Le jeu de rôle :: Rapports-
Sauter vers: