Trollquipeut.com

Forum de Jeux de Figurines, de Cartes et de Rôles des Pyrénées
 
AccueilPortail - TrollCalendrierRechercherS'enregistrerFAQConnexion

Partagez | 
 

 [Warhammer JDR]Version MP: Rapport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Sam 15 Déc - 1:09

Comme j'en ai parlé dans un autre post, avec figpas on a débuté une partie sans prétention de WH par MP.

Pour que vous puissiez voir un peu ce que ça peut donner, voici un aperçu de nos mps (tout ça en 1 semaine environ):


MJ

Marktag 4 Kaldezeit 2522

Archaon a tenté d'asservir le Vieux Monde et d'imposer la foi du Chaos à tous. Mais l'Empire et ses alliés, aprés de nombreuses batailles légendaires, ont réussi à repousser l'hérésie venue du Nord.

Voilà bien 2 semaines que la Grande Guerre est terminée. Ton bataillon de mercenaires norses, luttant aux côté de ceux qui payent le mieux, est rentré à sa caserne de Salzenmund, grâcieusement prêtée par la Garde locale, pour panser ses blessures.

La guerre a fait de nombreux morts, et ton bataillon n'a pas fait exception à la règle. Sur les 100 hommes qui partirent à la soif de combats épiques, seul une vingtaine sont revenus... dont toi. Le capitaine est mort, et c'est le sergent qui l'a remplacé au pied levé.

Un nouveau jour pluvieux et boueux se lève sur Salzenmund, la capitale régionale du Nordland. Tous les hommes de la compagnie sont attablés dans la grande salle commune, à dévorer un copieux déjeuner. Tous semblent taillés dans le même roc. Des corps musclés, des tatouages tribaux de la tête aux pieds, de longs cheveux et des barbes fournies. Des voix graves et des rires gras. Tels sont les norses de la compagnie. Seul le petit Ragnar fait exception à la règle. Petit, timide mais rablé, il a tout de même acquis le respect de ses frères au sein des batailles.

C'est alors que Bjorn, le sergent, prend la parole.
- Mes compagnons de bataille, dit-il d'une voix résonnante et grave, nous avons bien combattu durant cette guerre et nous avons eu notre compte de victoires et morts offerts à nos Dieux! Nous avons versé le sang pour Thornk le Rouge! Nous avons gagné notre place à ses côtés. Qu'il nous accepte auprés de lui lorsque le jour viendra de notre mort. Mais aujourd'hui, l'hiver pointe son nez, les guerres sont terminées et l'heure est au repos. Vous êtes donc libre et en permission jusqu'à ce que les beaux jours reviennent. Je vous attends donc dans la salle d'armes pour que je vous remette votre récompense.

Aprés le petit déjeuner, tu te rends dans la salle d'armes. Bjorn t'acceuille les bras ouverts. C'est un grand gaillard au corps musclé et balafré de nombreuses cicatrices, aux longs cheveux noirs et au visage dur.
- Ah! Mon cher Jarl! Que je suis heureux de te voir! On en a fait saigner des chiens et honorer leurs chiennes ensemble! C'est avec grand plaisir que je te donne ta récompense, dit-il en te tendant une petite bourse au doux bruit cliquetant.

Aprés l'avoir sous-pesé, tu l'ouvres et en comptes les pièces. 10 couronnes d'or, en tout et pour tout.

- Elle est bien maigre, c'est sûr. Mais ces rats de l'Empire honorent mal ceux qui combattent à leurs côtés, continua-t'il en crachant par terre. J'étais fier de combattre à tes côtés Jarl. Et j'espère que tu reviendras aux beaux jours. J'attendrais tout ceux qui le veulent à ce même endroit et durant dix jours aprés Mitterfruhl. J'espère que tu seras parmi nous. En attendant je te souhaite de passer de bons moments.

FIGPAS

Il est évident que la maigreur de ma bourse me decoit...tout ces morts, tout ces actes de bravoures pour ca...

Mais mon naturel optimiste reprend vite le dessus..
Je serre fort la poigne virile de Bjorn, en lui promettant de revenir, un salut martial et je pars chercher mon baluchon avec mes affaires... quelques maigres couvertures et couvert de bois, un sac et mes armes ...ma fidéle hache norse a fer plat et au manche recouvert de bandelettes de cuir de poney kurgans, une épée assez mal équilibré de facture impériale et une dague de vennerie.

Un passage a la cantine et je remplis mon sac de pain chaud et de viande fumée ( toujours ca de pris...)

Je décide alors de rejoindre ds soldats qui eux aussi se retrouvent au chomage..et je tente de me meler a eux...en faisant mon plus beau sourire...

Je cherche du boulot et le plus vite sera le mieux...

MJ

Tu retouves dans la salle commune tes compagnons de bataille. Nombre d'entre eux préparent leurs sacs. La plupart des mines sont tristes. Autant la fin des saisons de guerres réjouissent les mines des hommes du Vieux Monde, autant pour les norses, c'est un moment amer et difficile.

Avec 6 autres hommes, et connaissant Salzenmund, tu te diriges vers la place du « Marché au Travail ». Ragnar, Solvein, Ulfir, Egill, Hrafn et Falki t'accompagnent. Tandis que vous remontez les rues boueuses de la cité, vous sentez les regards lourds et pesant des habitants de la ville. Pourtant vous savez très bien au fond de vous que le Nordland est certainement la région la plus enclin à vous accepter.

A cette heure matinale, et certainement refoulés par la pluie incessante, les habitants de la cité sont peu nombreux à chercher du travail sur la place.

De nombreuses offres détrempées sont placardées sur le mur central. Il y a l'embarras du choix car de nombreux travailleurs de la ville, partis au combat, ne sont jamais revenus.

[HRP: Les offres étant nombreuses, tu as l'embarras du choix. Dis-moi ce que tu aimerais faire, je te dirais si c'est possible et quelles offres tu trouves.]

FIGPAS

J'ai un peu de temps et je ne me précipites pas....
J'ai dix couronnes d'or dans une bourse ( une fortune...) et donc je choisis methodiquement mon offre d'emploi...

Faut que l'employeur ait l'air riche ( marchands ou noble en priorité...connu de préference)
Faut que l'offre ne concerne que peu de personne ( une bonne prime est une prime qui ne se partage pas..)
Aprés peu importe le truc....protection, garde rapprochée, escorte, de preference

MJ

En farfouillant un peu parmi les diverses offres, quelques-unes semblent concorder au mieux avec tes aptitudes et attirent ton attention plus que les autres.

Recherche rudes gaillards pour escorte de produits manufacturés. Salaire correct, tenue adéquate exigée. Erudits et autres gens non experts en armes passez votre chemin.
Contactez Berthold Mannhauer, à l'échoppe des Bijoux du Nord.

Recherche hommes sachant manier le fer et ayant le pied marin. Très bon salaire.
Demandez Gustav Lernhard, à l'échoppe de l'Acier Nordlander.

Protéger et servir! Tels sont les deux mots qui feront de l'homme que je recherche un homme riche. Soyez à la hauteur et vous serez riche. Soyez faibles et vous retournerez dans la boue du bas peuple.
Contactez Pieter Weiss, à l'échoppe des Bois Sacrés.

Recherche homme de confiance pour protection rapprochée. Confiance et honneur exigés. Menteurs, sournois et vils scélérats ne passesont pas la porte. Bon salaire.
Contactez Waldemar von Reuter, dans les Quartiers Nord (tu sais que ce sont les quartiers bourgeois de Salzenmund).

A tes côtés, tu vois que Hrafn et Falki s'intéressent de très prés à l'offre de Lernhard.
- Hum... le pied marin et manier le fer! C'est tout moi, fait le premier. Avec un peu de chances, c'est un aller direct vers la Norsca! Je crois bien que je vais aller voir.
- Pour sûr, fait le second! Je te suis.

Tes autres compagnons ne sont pas en reste. Solvein arrache la note de von Reuter.
- Si j'ai pas d'honneur, je n'suis pas norse, s'exclame-t'il! Celle-là, elle est pour moi. Et que personne ne s'avise d'y prendre ma place.

Ulfir et Egill, quant à eux, semblent intéressés par des offres qui ne te tentent pas. Ragnar s'appoche de toi.
- Alors Jarl, tu as quelque chose qui te tente? Pour ma part, je vais aller voir du côté des Bijoux du Nord. Et toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Sam 15 Déc - 1:09

La suite:

FIGPAS

Lorsque Solvein arrache la note, j'attends un peu. Quand il s'exclame que personne ne doit lui prendre la place, je m'esclaffe et lui lance sur un ton joyeux:
-Allons bon Solvein, et pourquoi cela? c'est la loi de l'offre et de la demande... si tu fais l'affaire, l'employeur te prendra... tu n'as a interdire a aucun des freres ci présent de se presenter a l'annonce et tu as beau l'avoir arracher nous en avons tous pris connaissance...c'est la loi de la tribu... maintenant tu n'as peut etre pas assez confiance en tes propres capacités, ainsi tu veux nous ecartez pour ne pas souffrir de la concurrence...."

Je n'attend pas la réponse de solveim et je prend la direction des quartiers nord...
Lorsque Ragnar m'interpelle pour me demander ou je vais et ce que j'ai choisie... je répond par dessus mon épaule et d'un ton joyeux je réponds
- Je pense que j'ai autant d'honneur que mon frere solveim, ainsi l'annonce de von reuter m'interresses autant que lui...mais vous pouvez tous me suivre si vous le souhaitez...moi je ne crains pas la concurrence...

MJ

Alors que tu commences à remonter la rue qui mène aux Quartiers Nord, Solvein te ratrappe. C'est un homme imposant, de 20 ans ton ainé. Fortement bâti, il a eu son compte de guerres, de sang et de victoires. Tout son corps porte les marques de ses anciennes batailles et c'est le signe d'une grande force que d'être arrivé à son âge chez les mercenaires norses. Il en était très respecté au sein de la compagnie. Arrivé à ta hauteur, il te prend fermement l'épaule. Il te regarde fixemement, les yeux rougis, le poing serré.
Les quelques passants s'arrêtent tous dans la rue et s'écartent de vous, tout en regardant du coin de l'oeil ce qu'il va se passer.
Soudain, Solvein éclate d'un grand rire sourd et bruyant.
- Ah ah ah! Je te reconnais bien là Jarl, dit-il entre deux rires. Tu es jeune et sûr de toi! J'aime ça! Nous irons tout les deux voir ce Waldemar. Et nous verrons bien lequel de nous deux fera l'affaire.

C'est ainsi que vous remontez ensemble la rue et arrivez rapidement à une somptueuse demeure que quelques personnes vous ont indiqué sur le chemin. C'est assurément la maison d'un homme riche. C'est assurément la maison d'un homme qui payera bien.
Deux gardes, en armure de cuir et équipés de larges épées, protègent l'entrée. Il semble bien que ce Waldemar ne rechigne pas à sa protection.

Aprés leur avoir expliqué la raison de votre visite, l'un d'eux vous conduit à travers une petite allée qui traverse un jardin aux couleurs automnales. A la porte d'entrée, un domestique prend le relais et vous mène jusqu'à une petite pièce avec de nombreuses chaises tout le long du mur. La pièce croule sous les nombreuses décorations. Des tapis d'Arabie, des peaux d'ours du Kislev, des tableaux de Bretonnie.
- Qui sera le premier à s'entretenir avec mon maître? fait le servant.
- Je laisse cela au jeune. De toutes façons, il sera rapidement jeté dehors! répondit Solvein, toujours avec son rire sourd.
- Très bien. Suivez-moi donc, réprit le domestique en s'adressant à toi.

[HRP: J'ai pris quelques raccourcis pour certains dialogues, sinon on ne s'en sortirait pas. Je verrais ensuite avec ta carac Sociabilité pour gérer facilement et rapidement les rencontres secondaires, qui n'amènent pas grand-chose à l'histoire.]

Il te mène dans une grande pièce richement décorée et meublée. Au centre de celle-ci trône un superbe bureau en bois.
- Veuillez attendre ici. Mon maître ne va pas tarder, fait le servant avant de repartir discrètement.

Au bout de quelques minutes, un homme d'une quarantaine d'années, aux cheveux noirs coupés courts et à la barbe naissante, entra dans la pièce. Ses vêtements puaient le luxe, ses dix doigts portaient chacun un bijou plus lourd que son voisin. Son visage aux traits réguliers devait certainement attirer régulièrement les demoiselles dans les draps de l'homme.
- Humm... un norse, dit Waldemar en vous scrutant de haut en bas. C'est tout à fait exquis! Je n'en avais encore jamais eu. J'espère que vous allez faire l'affaire car c'est un vrai luxe que d'avoir son norse. Bon, soyons direct. Mon dernier garde rapproché a eu... disons... un petit accident... mais ce n'est là que les risques du métier. C'est assurément ce pourquoi je vous paie. Pour avoir les accidents à ma place. Donc, comme il a eu cet accident, je cherche un remplaçant. Rapidement. Je suis un homme riche, voyez-vous. Ce qui attire la jalousie. Je propose le salaire de 5 pièces d'argent par jour, ce qui est plus que tout ce que vous pourrez trouver à Salzenmund. Vous serez également nourri et logé dans la dépendance des domestiques. Maintenant à vous de me dire pourquoi je devrais vous engager vous?

FIGPAS

- Pourquoi vous devriez m'engager? N' en suis je pas la preuve vivante? Je suis un norse, et je viens de combattre dans la grande guerre du chaos... voyez mes cicatrices... toutes ont étés faites par des hommes valeureux...j'ai occis de ma hache tous ces hommes....
vous recherchez ce que ce monde peut vous offir de meilleur? il n'y a pas de meilleur guerrier qu'un norse, ni de plus noble d'ailleurs...
je ne fuirait, je ne faillirait pas... ma hache est a vous, et mon bras également..."

MJ

- Très bien, reprit Waldemar. Je vais y réfléchir. Je veux rencontrer le second qui a répondu à l'offre. Attendez dans la pièce d'à côté, je vous dirais ensuite si vous faites l'affaire.

Le riche homme tape deux fois dans ses mains. Le servant fait alors son apparition et te convie à sortir du bureau. Il fait ensuite entrer Solvein.

Au bout de quelques secondes, tu entends un grand éclat de voix -tu reconnais facilement celle de Solvein-, et la porte s'ouvre bursquement. Ton compagnon norse sort en s'exclamant:
- Je suis norse! Mon bras est le plus fort de tout le l'Empire! Et vous osez me traitez en domestique? Jamais. Et soyez heureux que je ne vous plante pas ma hache entre les deux yeux!
Il se retourne alors vers toi.
- Je te le laisse Jarl. Je ne suis pas un esclave et je ne le serais jamais. Libre à toi de travailler pour cette femmelette.
Sur ces mots, Solvein s'en va en maugréant dans sa barbe noire.

Waldemar arrive alors.
- Humm... Il n'a pas été convaincu. C'est une grande erreur de sa part... et une grande chance pour vous, dit-il en s'adressant à toi. Je vous engage. Affaire conclue?

FIGPAS

- Affaire conclu. Mais je veux une avance, pour pouvoir payer une biére a mon ami Solvein... Il ne me plait pas que Solvein soit irrité aprés un entretien avec mon employeur... je le respecte et souhaite aussi lui prouver que vous ne traitez pas vos employés en domestiques... pourquoi exiger d'eux d'avoir un peu d'honneur alors? Si je dois mourir pour vous, que cela le soit parce que vous etes un homme valable a mes yeux... vous serez ainsi assuré de ma loyauté et de ma fidélité.

Sur ce je tends une main a mon employeur.

MJ

- Très bien, fait Waldemar. C'est une demande acceptable. Mais alors je veux que dans l'avenir je puisse avoir confiance en toi. Que tu feras tout, absolument tout, ce que je te demande, sans me poser de questions. Voici une avance d'une semaine, soit 1 couronne et 15 pièces d'argent. Régales-toi avec ton ami. Je ne vais pas avoir besoin de toi cet aprés-midi. Mais je veux que tu sois là avant le coucher du soleil, pour que tu prennes possession de tes nouveaux appartements. A partir de là, tu seras à ma disposition comme je l'entends. Tu peux partir.
Le riche homme fait une pause, avant de reprendre.
- Au fait, norse. Quel est ton nom?

FIGPAS

- Mon nom est Jarl Eriksonn. J'apprécie votre geste et je vous jure sur mon honneur que vous pourrez comptez sur moi a votre guise...

Sur ce je me tourne vers Solvein et je lui lance:
- Frère Solvein, je t'offre une biére sur la santé de mon employeur...
Je le prend par l'épaule et nous sortons des appartements de Von Reuter...

Je pense bien féter ca puis me rendre disponible pour Von Reuter dés que possible...
J'avoue etre assez fier de moi....

MJ

Tu rattrapes Solvein et tous deux vous vous dirigez vers le « Cochon Pendu », une petite auberge située prés de votre ancienne caserne. Tu lui offre une bière, puis c'est lui qui te la rend. Vous retrouvez plusieurs des hommes de votre compagnie. Les clients ne sont d'ailleurs que des norses, les nordlanders évitant soigneusement d'entrer en vous voyant tous là. L'aubergiste est également un norse, qui s'est installé depuis longtemps à Salzenmund. La bière coule à flot et les morceaux de viande sont rapidement avalés dans les assiettes. Chacun y va de son exploit sur le champ de bataille ou de sa blague vulgaire et hilarante.

[HRP: L'aprés-midi dans l'auberge te fait dépenser 38 sous de cuivre.]

Le soleil commence à décliner et tu sors de l'auberge pour te rendre à la résidence de Waldemar. Le servant qui t'avait déjà accueilli auparavent -et dont tu apprends le nom, Dietrich- est là pour t'emmener vers tes appartements. C'est une petite pièce sans fioriture, située dans une dépendance de la demeure principale.

Tu passes les 10 jours qui suivent à travailler pour ton employeur, l'accompagnant dans la plupart de ses déplacements. Tu apprends de lui qu'il fait partie de la Guilde des Orfèvres de Salzenmund, une guilde particulièrement puissante dans la cité. Plusieurs fois tu le suis durant ses affaires et notamment dans ses entrepôts de métaux de la ville.

Bezahltag 14 Kaldezeit 2522

Au bout du dixième jour, Waldemar te fait quérir dans tes appartements par Dietrich. Arrivé dans son bureau, il te dit:
- Ah, Jarl. Je dois me rendre aujourd'hui au Conseil de la Guilde. Nous partons dans 10 mn, avec mon carosse. Sois prêt. Nous avons passé 10 jours calmes depuis que je t'ai engagé. Mais ne ménage pas tes efforts. Ma vie est entre tes mains.

[HRP: Tu gagnes 2 couronnes et 10 pièces d'argent (soit un total de 50 pièces d'argent) pour ces 10 jours de travail. Par contre, je vais avoir besoin de la feuille de ton perso pour la suite. Dis-moi également si tu a fais des actions spéciales en dehors de ton travail durant les 10 jours qui ont passé -hors j'ai mangé, j'ai bu, j'ai dormi-.]

FIGPAS

Ce que je fais c'est que je trouve quand même le boulot un peu chiant... donc tout en faisant mon boulot au mieux je profite de mon temps libre ou des opportunités qui me sont offertes pour tenter de trouver autre chose de plus euh...coment dirais je? motivant...oui c'est ca motivant... Donc ca passera par les questiosn auprés des gens, la lecture des autres annonces et l'oreille tendue..; toujours tendu mon oreille...

MJ

Au cours des dix derniers jours, tu t'es rendu plusieurs fois à la place du « Marché au Travail ». Malheureusement, les diverses annonces que tu avais vu le premier jour ont toutes été retirées. Apparemment, tes anciens compagnons ont tous trouvé de quoi subsister. A part quelques affichent de ratiers ou autres bûcherons et mineurs à bas salaire, tu ne trouves rien d'intéressant.

Tu tentes également plusieurs fois de questionner les habitants du nordland, mais tu sens qu'ils sont très peu enclin à partager un moment de discussion avec toi. Même si le nordland est réputé pour être les plus tolérants avec leurs cousins norses, tu sens que la Grande Guerre a changé beaucoup de mentalités et que les gens te regardent souvent avec un oeil de méfiance. Jusqu'à présent, tes recherches sont infructueuses.

Les seuls endroits où ce sentiment n'est pas palpable, c'est lorsque tu croises d'autres personnes de la haute société de Salzenmund. A ces moments, tu sens plutôt que tu es un objet de curiosité, comme un bijou à la mode.

Bezahltag 14 Kaldezeit 2522

Tu es déjà dans le carosse de Waldemar von Reuter quand celui-ci arrive. Les servants ouvrent les portes de la demeure et, d'un coup claquant, le cocher met en route les chevaux à l'aide de son fouet. Le sombre manteau noir de la nuit commence à envelopper la cité.

Vous dévalez rapidement les rues étroites et boueuses de Salzenmund par cette fin de journée grise et pluvieuse. La progression est facile, tant les rues semblent désertées par ses habitants. Soudain, tu sens le carosse s'arrêter net. En regardant dehors, tu aperçois un enfant allongé de tout son corps, bloquant le passage. Une femme est penché sur lui.

FIGPAS

Pendant tout le période des dix jours avant le voyage je me rend compte que le simple fait d'etre un norse au milieu des habitants du vieux monde peut etre un handicap... j'essaie d'en faire une force...
Je me fous si les roturiers me craignent ou me déteste mais je vois que les nobles ou les gens puissants semblent me considerer comme une curiosité...je joue avec ca... j'essaie de leur plaire au maximum jouant sur mon coté aggressif et exotique... je tente toujours de plaire au noble sans gener von reuter ou me mettre trop en avant...

Le premier jour de voyage...

Lorsque le carosse s'arrete je me met sur mes gardes... je me penche par la fenetre et je voie la femme et l'enfant... je demande a von reuter de rester a l'abri du carrosse et je sort Je reste a quelques pas du carosse ..au cas ou... Je sort ma hache de guerre...

Je regarde un peu aux environ et aprés quelques instants je lance un appel a la femme:
- Veuillez liberer la voie s'il vous plait vous gener le passager..

Je ne fais montre d'aucune pitié ou inquiétude, j'essaie de rester proffessionel et sur mes gardes... J'attend la réponse avant d'agir

Si ça vous tente, envoyez-moi un mp!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Mer 19 Déc - 0:12

La suite pour essayer de vous donner l'eau à la bouche! Smile

MJ

[HRP: Test de Perception facile (car tu étais sur tes gardes et tu regardais les alentours). Echec.] (cette phrase HRP n'a pas été envoyé à Figpas car il souhaite jouer sans connaître les mécanismes, juste raconter une histoire: c'est au choix du joueur)

La femme et l'enfant ne bougent pas à ta demande. Soudain, tu entends un gargouillis du côté du carosse. En tournant la tête, tu vois le cocher entrain de se tenir le cou, quelque chose planté en travers de sa gorge, le sang s'écoulant de sa bouche et sur ses mains.

FIGPAS

Ok je me met a couvert. Prioritairement je me rapporche vers le carosse donc si c'est possible. Si j'ai le temps j'essaie de voir d'ou peut provenir ce qui a tué le cocher, par exemple si c'est une fléche ou un carreau d'arbaléte l'empennage est forcement duc oté du tireur...

MJ

Les gargouillis immondes du cocher se poursuivent dans le silence de la rue, seulement ponctués par le bruit de la pluie sur les pavés.

Pour te mettre à couvert, tu te jettes sous le carosse. Juste avant, tu as pu voir que l'objet en travers de la gorge du cocher est un carreau. Tu t'aperçois que le tireur est du côté du carosse par où tu es sorti.

La femme et l'enfant se relèvent comme un seul homme et courent vers le carosse, en sortant chacun une dague dans chaque main.

FIGPAS

Je profites de mon mouvement sous le carosse pour continuer a tourner sur moi même et emmerger de l'autre coté du carosse...
Ainsi je me reléve et tente de me reper... ou est le tireur? A combien sont la femme et l'enfant?

MJ

Dans une somptueuse roulade, tu te retrouves de l'autre-côté du carosse et dans le même mouvement, tu parviens à te relever. D'un coup d'oeil, tu apprécies la distance qui te sépare de la femme et de l'enfant. Tu l'estimes à 15 mètres, peut-être 20 au maximum.Tu tentes de repérer rapidement le tireur. Malheureusement, la silhouette imposante du carosse te bouche une grande partie de ton champ de vision. A travers les fenêtres du véhicule, tu ne peux voir que les rez-de-chaussée des maisons de l'autre côté de la rue. Le tireur n'y est apparement pas. Tu vois également von Reuter, prostré dans le carosse, totalement tétanisé par la peur.
Au même moment, tu entends un bruit sourd. Le corps du cocher s'est effondré à tes pieds, convulsant et les yeux révulsés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Jeu 20 Déc - 20:46

FIGPAS

J'abandonne le tireur. Je tire une dague et la lance a von Reuter par la fenetre du carosse, en lui criant quelque chose du genre "protegez vous si je meurt..." puis je charge la femme et l'enfant avec ma hache brandie...

J'ai bien conscience que le tireur peur m'avoir alors je charge en longeant le carrosse et j'espére que ma vitesse et la soudaineté de mon action vont laisser le tireur désorienté ( on peut réver non?)

Je rentre dans un combat et il n'y a plus de considération extérieure mes adversaires ont beau etre des femmes ou des enfants, tant pis pour eux...

MJ

Aprés avoir jeté ta dague à von Reuter, tu t'élances à l'encontre des assaillants en profitant du couvert du carosse. La femme est la première a être sur toi. Plus rapide, elle tente de t'asséner un coup de sa dague, mais en vain. Tu ripostes fièrement, mais la lame de ta hache ne fait que fendre l'air pluvieux.

C'est alors que l'enfant se jette sur toi. Maintenant, tu peux parfaitement voir ses formes rondelettes et ses pieds poilus. Emporté par son élan, il te rate totalement et s'écroule à tes pieds. La femme tente à nouveau de te faire un second sourire, mais toujours sans succés.

[HRP: Le combat est engagé. Si on résout round par round, ça risque de durer très longtemps. A mon avis, il serait mieux que tu me dises l'orientation générale de Jarl durant le combat (attaque tout le temps, attaque mais tente aussi d'esquiver, fuite au premier sang, fuite quand la situation semble désespérée, affronter en premier la femme... ou n'importe quoi qui te vient à l'esprit). Ensuite de mon côté, j'effectue les rounds tant que les choses n'évoluent pas ou qu'il n'y a pas de situation particulière (comme ici ton adversaire qui chute au sol). Si tu as d'autres idées pour gérer les moments d'action, n'hésite pas.]

FIGPAS

Pour l'idée générale je tente d'abord de m'occuper de la femme qui a l'air plus agressive que le hobbit ( il ne paie rien pour attendre celui la...). Je profite donc de ma force ( sensé etre supérieur à celle d'une femme) en lui assénant un maximum de coup direct, je ne la lache pas tant qu'elle a pas rendue l'ame... Je ne romps pas le combat sauf en cas d'absolue nécéssité. Si je suis blessé je tente de cacher ma douleur et joue le role du "nordique mechant assoiffé de sang". Si je tue la femme je m'occupe du hobbit , si celui ci prend la fuite je ne le suis pas, je prefere retourner au plus vite prés de von Reuter. Si je le peux et si mes deux assaillants s'enfuient je les abandonne et je tente de faire repartir le coche en me mettant aux rénes...

Et je prie aussi le grand Chien de me donner la force dans le combat...

MJ

Vous échangez de nombreux coups, chacun cherchant à trouver la faille de son adversaire. Soudain, alors que tu t'apprêtes à assénner un coup dévastateur, la femme enfonce sa dague dans ton bras gauche, traversant ton gilet de cuir et entamant ta peau. Malgré la douleur, tu profites de l'ouverture pour abattre ta hache qui s'enfonce dans le bras de ton ennemi, découpant les chairs et brisant les os. Le bras pend mollement tandis que des giclées de sang s'échappent de la blessure béante. La femme s'écroule, terrassée par l'hémorragie. Voyant cela, ton autre adversaire, qui tentait en vain de te blesser, préfère prendre la fuite et s'enfonce dans les ténèbres tombant sur Salzenmund.

En te retournant vers le carosse, tu vois un troisième homme à quelques mètres du véhicule, brandissant une dague dans sa main droite.

FIGPAS

CHARRRRRRGEZ!!!!! Si possible en grognant et pestant...et j'essaye de faire une tête de fou....

MJ

L'homme se retourne en t'entendant courir vers lui en grognant et pestant, la hache levée bien haut. D'un coup, il tourne les talons et s'enfuie à travers la nuit tombante.

FIGPAS

Je le traite de lache tout haut et trés fort puis je vais voir Von Reuter si il va bien. Ensuite si il va bien je m'etrnise pas je monte a la place du cocher et on décampe de la.

MJ

Tu vas voir à l'intérieur du carosse. Von Reuter semble en très bon état. Apparemment, aucun des bandits n'a réussi à l'atteindre. Aprés quelques secondes, son visage change d'expression, passant de la peur à une profonde expression impassible. A cause du vacarme, quelques habitants du quartier commencent à s'aventurer prudemment hors de la maison, piqués par la curiosité.

- Tu fais bien ton boulot, Jarl, dit Waldemar, maintenant complètement maître de ses émotions. Partons, avant que la populace n'envahisse ce lieu. Conduis-moi au Conseil de la Guilde, je te dirigerais en chemin. Waldemar marque une pause, avant de reprendre.
Ah... Jarl... si on te pose des questions, qui que ce soit, il ne s'est absolument rien passé ce soir.

Tu t'installes à la place du cocher et emmènes le carosse jusqu'au lieu que t'indique von Reuter. C'est une sompteuse demeure, situé dans le quartier marchand de Salzenmund, et qui expose au reste de la cité la richesse de la Guilde des Orfèvres.

Waldemar sort du carosse et se dirige vers l'entrée. Avant de s'engouffrer dans la maison, il se retourne et te dit:
- Reste là, Jarl. Et garde le carosse. Quand j'en aurais fini, tu me ramèneras chez moi.

Deux autres carosses sont arrêtés devant la Guilde. Dans chacun, se trouve le cocher et un homme armé, certainement le garde du corps du propriétaire.

Le conseil dure deux longues heures et la nuit est bien tombée quand elle se termine. La pluie s'est arrêtée, mais le froid l'a remplacé, une douce température comparée aux hivers rugueux de Norsca.

FIGPAS

Pendant la période d'attente je regarge ma blessure est elle superficielle ou profonde? Je nettoie mes armes pour ne pas faire trop tache et j'essaie de regarder les deux autres coches... si il y a des ecussons ou autre sylmbole je prend le temps de les mémoriser...

Von Reuter veut jouer au grand mystérieux ? moi ca me va trés bien j'avis supposer que nous n'etions tombés que sur des bandits mais il semblerait que ca soit autre chose...ce boulot devient intérressant...

MJ

Tu regardes la blessure qui n'est que superficielle et tu estimes qu'elle guérira d'ici 1 ou 2 jours. Rien de bien méchant pour norse. En regardant les 2 autres coches tu remarques que chacun porte deux écussons dont l'un est celui de la Guilde des Orfèvres qui orne également le tien et la demeure où est entré Waldemar. Le deuxième doit certainement représenter la famille du propriétaire, il est différent pour chacun des coches. Ils ne te rappellent rien, mais tu essayes de les mémoriser pour t'en rappeler au moment opportun.

Waldemar ressort le premier de la demeure et monte dans le carosse. Il est rapidement suivit par 2 autres hommes qui s'installent chacun dans un des coches.
- On rentre Jarl fait ton employeur. La soirée a été assez rempli comme cela.

Au claquement du fouet, les chevaux se mettent à avancer et le véhicule se met en branle. Quelques temps plus tard, vous arrivez à la bâtisse de von Reuter. Ce dernier te congédie simplement, alors qu'il regagne ses appartements.

Konistag 15 Kaldezeit 2522

La journée suivante se passe tranquillement jusqu'au milieu de l'aprés-midi. A ce moment là, un homme d'une quaantaine d'années, aux cheveux noirs et aux yeux tout aussi noirs, fait son entrée dans la demeure, accompagné de 3 autres hommes.

Aprés une courte entrevue avec Waldemar, l'homme demande à te voir dans un bureau privé.

- Bonjour, fait l'homme. Je me nomme Markus Steinhager. Je suis le capitaine du guet de Salzenmund. Je n'ai pas encore le plaisir d'avoir eu affaire à vous. Et c'est tant mieux pour vous. Comme je l'ai dit à votre employeur, nous avons retrouvé le cocher de la maison, mort dans une des rues de la cité. Prés de lui, gisait le corps d'une femme, le bras arraché. Qu'auriez-vous à nous dire là-dessus?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Mar 25 Déc - 22:49

FIGPAS

Bonjour a toi capitaine du gué... Je suppose alors que tu representes l'autorité et la loi dans ce lieu... Je ne veux pas m'opposer a la loi de ton pays , et je souhaite t'aider dans ta démarche.... bien que je sois norse , j'ai connaissance de vos lois et de vos coutumes et je les respecte. Je suis ici pour proteger mon employeur, Maître Von Reuter, qui m'héberge et me paye pour cela... Hier au soir mon maître avait un rendez vous important et nous avons prise le coche. Nous sommes tombez dans un traquenard dans lequel notre cocher a trouver la mort ..un tireur embusqué l'a surpris et as pris sa vie lachement... Le coche s'est immobilisé et plusieurs assaillants se sont alors montrés...j'ai combattu et j'en ai tué un...vous dites que c'est une femme, je ne le savais pas...mais elle a meritée sa mort.
les autres assaillants ont pris la fuite? c'etait des laches... J'ai pris sur moi de refaire partir le coche... J'ai oublier le cocher dans la confusion et je n'y pense que maintenant... En fait je ne connaissais pas cet homme car je viens de rentrer au service de Von reuter et je ne connais pas encore toute la maisonnée. L'important c'est que l'homme qui me paye pour sa sécurité, ai survécut , le reste m'importe peu. Dans ma culture, les morts et les vaincus n'ont plus d'importance... Je tiens a vous prouver que je dis vrai en vous montrant ma blessure sur le bras...celle ci m'a été donnée par l'un de mes adversaires lors de l'échauffouré.

MJ

- Trés bien, fait le capitaine. Cela correspond à ce que nous ont dit les témoins de la rue où c'est passé cette histoire. Ils avaient clairement vu un norse se battre contre d'autres personnes. Il faut dire que vous ne pouvez passer inaperçu ici, dans l'Empire. Par contre... Markus fait une pause et reprend. Cela ne correspond pas du tout à ce que nous a dit von Reuter. Comment expliques-tu cela?

FIGPAS

Je ne sais pas ce que Von Reuter vous as dit... de plus cela ne me surprend pas, il n'as pas quitté le coche et n'as pas du voir aussi bien que moi ce qui s'est passé...

MJ

- Non, non, reprend Markus. Vous ne m'avez pas bien compris. Von Reuter nie totalement être impliqué dans cette histoire. Il nie avoir été attaqué hier au soir. C'est tout de même étrange, n'est-ce pas?

FIGPAS

Oui c'est parfaitement etrange, vous avez raison... Je met ca sur la tension de la situation...peut etre que mon employeur a eu plus peur que je ne l'ai cru...du coup il n'est peut etre pas trop bon pour sa réputation de dire qu'il ne s'est pas défendu... A moins que le traumatisme qu'il a vécut n'ait alteré sa mémoire...

MJ

Markus te regarde quelques instants avant de reprendre.
- Et bien, pour tout te dire, je ne crois pas à ta version. Tu veux que je te dise ce que j'en pense? Von Reuter sait parfaitement ce qui s'est passé mais pour une raison que j'ignore, mais sur laquelle j'ai un sérieux soupçon, il refuse de l'admettre. Toi, par contre, tu viens d'avouer avoir tué une femme impériale, mes 3 hommes ici présents en sont témoins, et personne n'a pu voir le début de l'altercation. Je peux donc très bien te mettre aux arrêts pour meurtre. Non seulement tu as avoué, mais en plus il y a des témoins. Ensuite, à mon avis, ton employeur, von Reuter, n'est pas prêt de changer sa version pour te protéger. Et enfin, je sais pas trop si t'as remarqué, mais on peut pas dire que les norses soient très bien vu chez nous en ce moment. Devant un juge, ta parole ne vaudrait pas plus que les défections d'un cochon. Et la pendaison d'un sauvage sur la place publique sera un spectacle très réjouissant pour les habitants. De quoi oublier quelques instants la misère où nous sommes tombés depuis la guerre. Pour résumer, t'es dans le fumier jusqu'au cou.
Markus marque une pause et regarde comment tu encaisses le coup, puis il reprend sans te laisser répondre.
- Mais tu vois, je crois que t'es né sous une bonne étoile parce que aujourd'hui tu as la chance de m'avoir rencontré. Disons que toi, j'en ai rien à faire de te faire pendre. Ou plutôt, tu pourrais m'être très utile. Ton employeur, von Reuter, ça fait pas mal de temps que je le soupçonne de traîner dans des affaires louches. Je ne sais pas exactement quoi, et vu sa situation, pour le faire tomber, il va me falloir de sacrés preuves de ce que j'avance. Et s'est là que tu interviens. Tu deviens mon espion et tu m'aides à mettre aux geôles ce Waldemar. Dés que tu as des choses intéressantes, il faudra que tu te rendes à l'auberge de la « Mine de Bière » et que tu demandes l'aubergiste Hans Schiller. Il travaille pour moi. Là tu lui dis ce mot de passe: « Salzenmund lavé de la crasse ». Et tu lui racontes tout. Ah j'oubliais, surtout ne viens jamais au Guet. J'ai confiance dans quelques hommes comme les 3 qui sont ici avec moi. Mais ce n'est pas vrai pour tous. La corruption est de mise et je crains que les sales doigts de von Reuter se soient déjà posés sur le Guet. Et n'oublie pas que si j'apprends que tu te moques de moi, la corde n'est pas bien loin. Affaire conclue?

FIGPAS

eh bien.... d'accord

[HRP: je viens de répondre comme ca pour calmer le jeu et sauver ma peau...je n'ai aucune envie d'obeir a ce type...d'ailleurs je n'aime pas du tout le ton avec lequel il vient de me parler et je pense qu'on se reverra...]

MJ

Markus semble satisfait de lui et se retire, accompagné de ses 3 sbires. Tu n'as pas le temps de faire un mouvement et de te remettre de cette entrevue que von Reuter fait son irruption dans la pièce.
- Jarl, je vois que tu as eu affaire avec notre cher Capitaine Steinhager. Un homme merveilleux n'est-ce pas? Sans lui, notre bonne cité de Salzenmund serait certainement un ramassis de bandits et de scélérats. Que voulait-il? Et que lui as-tu dit?

FIGPAS

Maitre von Reuter... je n'aime pas cet homme... je sais qu'il vous veut des ennuis...il a essayé de me le faire comprendre en jouant de sa position et avec forces menaces et insultes... je suis bien certain que sous voudriez le voir hors d'etat de nuire n'est ce pas?

j'appuie ma phrase par un large geste evoquant une gorge ...et je roule des yeux de fous...

N'est ce pas Maitre?

MJ

Waldemar esquisse un très léger rictus.
- Nous avons quelques intérêts communs, Jarl. Mais Steinhager est Capitaine du Guet de Salzenmund. Autrement dit, il n'est pas facile de l'atteindre. De plus, il est sous les ordres du Comte Electeur Gausser et il a tout son soutien. Mais ne t'inquiète pas, tu auras certainement l'occasion de t'occuper de lui. En tout cas, j'espère que tu ne lui as rien dire sur notre petite affaire d'hier comme je te l'avais demandé. C'est une affaire personnelle et nous la règlerons personnellement. Jarl, je veux que tu apprennes pour qui travaillaient nos agresseurs. Débrouille comme tu veux, mais je veux le nom de leur commanditaire. Et je le veux rapidement.

Sur ces mots, von Reuter se retire de la pièce.

La fin de l'aprés-midi approche à grand-pas, le soleil, bien que peu présent aujourd'hui, se couchant à l'horizon.

FIGPAS

Trés bien... l'affaire m'interresse maintenant.... chercher qui cause des soucis a mon employeur...par ou vais je bien commencer? Comme je n'ai pas beaucoup de contact dans cette ville, je pense que je vais me reporter sur les autres norses...au moins eux seront bavards et comme ils ont commencer a bosser pour des notables de la ville, peut etre auront il vu quelque chose...on sait jamais...

je vais donc essayer de les rejoindre ( je cherche surtout ceux avec qui j'etait lorsque j'ai vu l'annonce de von reuter...et comme je sais qu'ils aime bien faire la fête je passe d'abord acheter un petit tonnelet de biére ou de vin...ca va délier des langues ca...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Mar 25 Déc - 22:49

MJ

Tu tentes de retrouver tes anciens compagnons norses avec lesquels tu recherchais du travail et cela te prend jusqu'au lendemain. Ainsi, tu réussis à retrouver Ragnar, Ulfir, Egill et Solvein. Tu apprends que Hrafn et Falki ont été embauché par Gustav Leinhard et qu'ils naviguent en ce moment même vers la Norsca. Solvein te propose alors de tous vous retrouver le soir au « Cochon Pendu ».

Angestag 16 Kaldezeit 2522

Le soir venu, vous vous retrouvez donc à l'auberge indiquée. Tu achètes un tonneau de bière que vous commencez à vider bruyamment entre des blagues grivoises. Puis, chacun à son tour, tes compagnons payent également leur tonneau que vous vous empressez d'ingurgiter.

[HRP: Le tonneau te coûte 2 pièces d'argent.]

[HRP: Dis-moi tout ce que tu demandes et tout ce que tu cherches à savoir durant la discussion. J'ai peur que si on fait des messages pour chaque questions/réponses des intervenants durant la soirée, on risque d'y être encore dans 10 ans...]

FIGPAS

D'abord je ne parle qu'en norse...on sait jamais, faut etre prudent dans une auberge... je prend quelques renseignements sur mes compagnons, pour qui bossent t'ils , etc...si il y en a un qui bossent pour quelqu'un de la guilde...je le note... puis je viens rapidement a parler du capitaine du gué (comment ca je suis monomaniaque...) et je raconte en quelques mots ma mésaventure ( pas tout, juste que j'ai eu une altercation avec des bandits et que j'ai tué une femme). Je raconte comment le capitaine m'a menacé et qu'il m'a insulté ( et toute la race norse tant que j'y suis..)

Donc en clair je tente de me renseigner sur la guilde et le capitaine du gué.

Pour la guilde si quelqu'un bosse pour ou a eu affaire avec... ou ils sont ...ce qu'ils font ( pas ce qu'ils font de lequel, ca je m'en fous...) qui dirigent? il y a t'il des luttes d'influence connues? quelqu'un peut m'en dire un peu plus sur Von Reuter?

Pour le capitaine du gué... son passé, sa famille, ou il habite... ses habitudes... l'effectif armés qu'il dirige et si y'en a d'autre encore ( en clair si quelqu'un sait combien de mecs je me prends sur la tronche s'il me vient l'idée d'aller le déssouder...)

Aprés par rapport aux insultes qu'a fait le capitaine du gué sur les norses, je tamises les propos. Ce que je veux c'est les enerver pour qu'ils se souviennet du bonhomme au cas ou...je fais en sorte de pas les enerver suffisament pour qu'ils decident d'aller le lyncher maintenant.. en clair, je fais ca avant que le tonneua soit enti"rement bu

Derniére chose..si l'alcool aidant, mes compatriotes décident de tout casser, je joue l'anguille avant et je suis pas de la partie..je ne souhaite pas me refaire remarquer par le capitaine du gué...

MJ

[HRP: Test Intelligence, échec. Toujours non envoyé à Figpas car il ne souhaite pas avoir le mécanisme du jeu.]

Ulfir t'apprend qu'il a été recruté par Pieter Weiss, un commerçant en bois, spécialisé dans les bois de la Laurelorn. Il n'a jamais eu affaire à la Guilde des Orfèvres et il n'a connaît rien sur Markus Steinhager. Il te signale que la plupart de ces derniers jours il était sur les routes de Nordland, plus particulèrement du côté de la Laurelorn. Par conséquent, il ne sait que très peu de choses sur Salzenmund.

Ragnar est au service de Berthold Mannhauer, un orfèvre de la cité, donc obligatoirement inscrit à la Guilde des Orfèvres. Il t'apprend que tous les orfèvres de la cité doivent être affiliés à la Guilde, sous peine d'être fortement ennuyé pour finir par devoir déposer bilan. Il semble que cette Guilde est l'une des plus puissantes de Salzenmund et Ragnar a entendu parler qu'elle est dirigé par 3 chefs: Sigismund Haffner, Waldemar von Reuter et Aldebert Krieg. La Guilde est si importante qu'elle se permet d'être en conflit ouvert avec le Comte Electeur du Nordland, Theoderic Gausser. Ragnar n'en sait pas beaucoup plus car son employeur n'est qu'un simple artisan de la Guilde, sans réelle influence à l'intérieur de celle-ci.

Egill te dit qu'il travaille depuis peu dans une des auberges des quartiers riches de la cité: « A la Cruche d'Or », située non loin de la caserne du Guet. Il a entendu parler du Capitaine Markus Steinhager et sait qu'il est fortement respecté par ses hommes. C'est le chef de la caserne et malgré que de nombreux hommes soient morts durant la guerre, il dirige une centaine de gardes. Le Guet, comme dans toutes les cités de l'Empire, est aux ordres du Comte Electeur. Il ne sait pas réellement où vit Steinhager, mais il suppose qu'il vit directement dans la caserne, dans des appartements spécifiques aux gradés du Guet. Il l'a vu de nombreuses fois venir manger à son auberge, en compagnie d'autres hommes du Guet.

Solvein, lui, t'annonce qu'il n'a fait que des petits boulots depuis votre départ de la compagnie. Il a eu également connaissance du Capitaine Steinhager et confirme les dires de votre compagnon. Il a entendu vaguement parler de von Reuter aussi mais sans pouvoir réellement se rappeler dans quelles circonstances. Tu remarques d'ailleurs que Solvein est beaucoup moins bavard et volubile que d'habitude lorsque vous parlez de cela mais qu'il reprend vite son ton joyeux et bruyant lorsque vous reparlez des dernières batailles que vous avez faites ou que tu lui décris ta mésaventure contre les bandits.

Lorsque tu parles d'insultes de Steinhager sur les norses, le ton monte soudain. Tes compagnons ne sont nullement étonnés car ils ont également perçu l'atmosphère imprégnée de haine envers votre civilisation qui règne sur la cité. La conversation tourne à une fournée d'insultes envers les impériaux, cette sous-race d'humains superficiels qui ne sauraient vivre dans les contrées rudes et froides de la Norsca où seuls les hommes dignes de ce nom survivent. Puis, l'affaire est vite oubliée dans les brumes enivrantes de la bière.

FIGPAS

Je note tout ca qui me parait fort interressant... y compris le changement d'attitude de Solveim... lorsque les insultes monte, je m'y joint joyeusemenbt, et je suis fort content que ca ne tourne pas au lynchage public de pequin innocent... puis je rentre dormir avant d'etre trop avinné... je glisse quand même une question sur ce pourquoi j'etais censé etre la a l'origine ( histoire quoi) si quelqu'un a entendu parlé de l'achauffouré et si quelqu'un sait quelque chose dessus... ( on sait jamais)

MJ

Durant la soirée, tu tentes d'en savoir un peu plus sur l'aggression que tu as subi. Malheureusement, aucun de tes anciens compagnons ne peut te renseigner. Ils apprennent ta mésaventure de ta bouche et c'est à grands coups de claques dans le dos et de bière avalée d'un trait qu'ils te félicitent d'avoir montré à ces chiens d'impériaux comment sait se battre le fier peuple norse.

La soirée s'achève tard dans la nuit et tu rentres te coucher avant d'être totalement submergé par le ténébreux et affriolant brouillard où t'ont plongé les nombreux tonneaux de bière.

Festag 17 Kaldezeit 2522

C'est par l'entêtant martèlement des gouttes de pluie tombant sur les vitres de ta chambre et résonnant dans ton crâne légèrement endolori par la nuit passée que tu commences ta nouvelle journée.

Quelques instants plus tard, l'un des serviteurs de von Reuter frappe à ta porte. C'est un jeune homme d'une vingtaine d'année qui répond au nom de Wilhem et que tu connais légèrement pour l'avoir croisé plusieurs fois dans le domaine de von Reuter. Petit et bâti pour traîner dans les bibliothèques plus que sur les champs de bataille, il s'adresse à toi avec timidité et crainte, sans jamais poser le regard sur toi.
- Monsieur Eriksonn, fait le domestique. Notre maître, monsieur von Reuter, me charge de vous faire savoir qu'il n'aura pas besoin de vous aujourd'hui. Il m'a dit de vous dire également qu'il vous laisse ainsi le champ libre pour vous occuper de l'affaire qu'il vous avez confié. Il a également rajouté que cette affaire devra être conclue dans les plus brefs délais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 20:55

Pour vous montrer que le jeu vit toujours: voici la suite!!!!

FIGPAS

j'essaie de faire le gentil avec Wilhelm pour me le mettre dans la poche...
- alors mon brave...wilhelm c'est ca?... et bien etant nouveau au service de Maitre Von Reuter, je souhaiterais que quelqu'un me guide au sein de sa maison... combien notre maitre a t'il d'employé ? peux tu me donner leurs noms et leurs attributions? connaissez tu le cocher? etait ce quelqu'un qui travaillait réguliérement pour Von Reuter.. parle moi de Von Reuter, quels qont ses passions, plaisirs, occupations en dehors de la ligue... sait tu si il a des ennemis , l'ont m'a laisser entendre qu'il avait une posistion imlportante au sein de la guilde des orfévres...comme deux autres personnes...quels sont leurs noms deja? connais tu les relations qui lient notre maitre a ces personnes?

je tente tout ce que je peux car mes possibilités de recherche me paraissent bien maigre...je suis nouveau dans cette ville et je suis norse...
je me suis deja préparé a avouer mon incapacité à Von Reuter...et je suis deja prêt a lui proposer autre chose...je t'aide, ca a un rapport avec la mort du capitaine du guet...

MJ

Plus tu t'approches de Wilhem, plus ce dernier se renferme sur lui-même et plus il baisse la tête, presqu'au point d'en avoir le nez dans ses chaussures. D'une voix hésitante, à la limite du bégaiement, il tente de répondre à tes nombreuses questions.
- Et bien... Monsieur Eriksonn... Maître von Reuter est une personne très influente dans Salzenmund. Comme vous devez le savoir, il dirige la Guilde des Orfèvres avec 2 autres personnes, Aldebert Krieg et Sigismund Haffner. Ils n'ont donc, à mon avis, que des relations strictement professionnelles. Ces 3 hommes semblent avoir le même pouvoir de décision en ce qui converne la guilde, mais monsieur Haffner en est l'officiel maître, siègeant, de par sa fonction, au conseil municipal. Vous ne le savez peut-être pas monsieur Eriksonn, mais Salzenmund est une ville franche, ce qui signifie qu'elle dispose de son propre gouvernement en échange de certains devoirs et obligations pour le compte du Comte Electeur Theodoric Gausser. C'est donc une assemblée de chefs de guilde, dont la puissante Guilde des Orfèvres, et de propriétaires terriens qui constitue le conseil municipal tandis qu'un burgomeister est élu chaque année pour gérer les affaires quotidiennes de la cité. En ce moment, c'est Maximillian von Kircheschlage qui en occupe le poste.

La Guilde des Orfèrvres est d'ailleurs en conflit ouvert avec le Comte Electeur, mais je ne saurais dire pourquoi car je ne suis pas dans le secret des puissants de ce monde.

Maître von Reuter est largement apprécié de tous les membres de la guilde. Il est parti de rien et s'est élevé à la force de ses bras au sein des orfèvres. Il semble qu'il ait des prix exceptionnels sur l'or qui est la matière première du métier. Et même durant la guerre et à la fin de celle-ci, alors que tout les prix ont enflé et que l'or est devenu difficile à trouver, il a continué à se fournir. Du coup, par sa richesse, il a grimpé les échelons de la guilde à une vitesse vertigineuse.

Il s'est également personnellement élevé contre le racket que subissent tous les artisans de Salzenmund par une bande de truands qui a fait main basse sur la cité. Les orfèvres de la ville jouissent donc d'une protection contre ces malfrats. Pour combien de temps encore, nul ne saurait le dire.

Pour ainsi dire, maître von Reuter, de par ses fonctions, ses prises de positions et son influence doit suciter de nombreuses jalousies et a forcément de nombreux ennemis.

Pour tenter de répondre à votre question sur les occupations de notre maître en dehors de la Guilde, j'ai bien peur de n'avoir à vous répondre que toute sa vie est consacré au travail. Il lui arrive bien entendu de quitter la demeure, mais je crois bien que c'est surtout pour se rendre à la Guilde ou pour rencontrer ses membres. Il lui arrive parfois de partir un ou deux jours entiers à l'extérieur de la cité, mais je ne peux vous en dire plus car ma fonction est axée sur la demeure et je n'en sors que très rarement.

Quant aux serviteurs de notre maître, je vais tenter de vous en faire le tour sans oublier personne, mais je ne promets rien car nous sommes tout de même nombreux.

Wilhem réfléchit quelques instants avant de reprendre.
Tout d'abord, il y a Jarla Schmidt, l'intendante du domaine. Il y a également Rudiger Moescher, le valet personnel de maître von Reuter. Puis il y a nous, les serviteurs. Nous sommes au nombre de 10. Félix Stein, Johann Baern, la jeune Hanna Kempf, Gretchen Greft et son mari Siegfried, Meister Jurgen, les soeurs Marsner, Alexa et Elizabeth, le vieux Wolfgang Pferig et bien sûr moi, Wilhem Saer. Il y a aussi le cuisinier Dieter Roban. Nous sommes tous au service de maître von Reuter depuis plusieurs années, voire même pour Jarla depuis avant qu'il ne se soit hissé dans la Guilde.
Le cocher travaillait depuis 3 ou 4 ans pour notre maître. C'est une terrible perte pour nous car c'était un homme très agréable et plein de vie, toujours à trouver un mot pour nous réconforter dans les moments difficiles et toujours une phrase drôle pour amuser la demeure des domestiques. Une bien triste perte. Ce sont toujours les meilleurs qui partent rejoindre les Dieux. Que Ulrich le garde sous sa protection dorénavant. Maître von Reuter est entrain de rechercher son remplaçant. Nul doute qu'il trouvera vite quelqu'un.
Enfin, il reste les gardes du domaine. Ils sont également dix et je ne les connais que de vue car nous avons très peu de rapports avec eux. Ils sont là pour protéger, frapper mais certainement pas pour parler avec de simples domestiques. Ils sont sous les ordres de Leopold Mangold, leur chef.
Et bien sûr, il y a vous, monsieur Eriksonn. Je crois avoir fait le tour de tout le monde et n'avoir oublié personne.

J'espère avoir pu vous être utile, monsieur Eriksonn.

FIGPAS

utile? oh oui tu l'as été Wilhelm... je voudrais que tu sois plus a l'aise avec moi...je sais que je t'impressionne ou que je te fais peur, je le vois a ton attitude mais ne t'inquiéte pas...les histoires que tu as entendues au sujet des norses ne sont pas toutes vraies...nous sommes des etres humains tout comme vous les gens de l'empire..

ici je ne connais personne alors j'aimerai pouvoir te considerer comme un ami.... de plus j'ai encore besoin de tes services en vue d'accomplir la mission que m'a confié notre maitre...

premiérement j'aurai besoin de quelqu'un connaissant les faubourgs de cette ville.... ceux du genre mal fammé si tu vois ce que je veux dire...il me faudrait quelqu'un de fiable...je voudrais recherchez l'un de nos assaillants d'hier au soir...l'un de ceux qui ont tués le cocher...c'est un halfling, je pense que ceux de sa race ne sont pas si nombreux dans cette ville...

ensuite je voudrais aussi rencontrer les gardes de notre maitre...peux tu m'arranger une rencontre avec leur chef le dénommé Mangold? indique moi aussi leur rayon d'action...que sont censé faire ces gardes? proteger les possessions de Von reuter? dans ce cas pourquoi avoir décider de m'enbaucher?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 20:57

MJ

Plus tu parles à Wilhem et plus tu lui fais des démonstrations de non-violence et d'acceuil chaleureux, plus celui-ci tremble dans ses bottes et se met à chercher difficilement ses mots. Tu n'as aucun mal à voir le stress l'envahir aux nombreuses gouttes de sueur qui perlent sur son front livide.
- Ami, monsieur Eriksonn? C'est... c'est un grand honneur que vous me faites, moi un simple servant. Jamais je n'aurais imaginé qu'un guerrier qui a connu de nombreux champs de bataille puisse un jour s'intéresser à moi. Malheureusement, monsieur, je ne sais pas si je saurais être digne de votre amitié. Je ne connais les mauvais quartiers de la ville que de nom et de réputation car je n'y ai jamais posé mes souliers. Je peux juste vous dire qu'ils n'étaient déjà pas très fréquentable avant la guerre mais la situation a encore empiré depuis à cause de la misère qui s'en suit. Si vous voulez rencontrer monsieur Mangold, il sera certainement meilleur conseiller car il n'est un secret pour personne qu'il aime à se rendre dans ces faubourgs. Il y trouve les filles qui vous font oublier toutes les misères du monde. Il suffit juste de pouvoir y mettre le prix. Quant à votre question sur les gardes, ceux-ci sont exclusivement payés pour protéger le domaine des intrus et des voleurs. C'est différent de vous, monsieur Eriksonn. Vous, vous êtes là pour protéger notre maître où qu'il aille. Bien entendu, il arrive parfois lorsque maître von Reuter part pour de longs voyages ou s'absente pour un long moment que monsieur Mangold et quelques gardes l'accompagnent. Pour rencontrer le chef des gardes, il n'y a rien de plus simple. Il est en ce moment même et toute la journée dans le domaine. Quant il ne s'entretient pas avec maître von Reuter, il est très souvent dans le petit baraquement situé juste à l'entrée du domaine et qui sert de petite caserne aux gardes pendant le temps qu'ils passent ici.

Wilhem se retire alors de la pièce, à reculons et manquant de trébucher plusieurs fois le long des quelques mètres qui le sépare de la porte.

[HRP: A toi de voir quand tu veux rencontrer Mangold, tu n'auras aucune difficulté à le trouver dans le domaine. Tu peux donc tout à fait décider de le voir plus tard.]

FIGPAS

je laisse partir ce trouillard de wilhelm ...je pense pas que j'en tirerais grand chose de plus... du coup je vais m'interresser a Mangold tant qu'il est par la... je ne sais pas comment le trouver (tu m'as dit qu'il etait dans la maison) ni a quoi il ressemble mais je pars a sa recherche...

pour accelerer un peu le truc dés que je le trouve je le salue tout en me présentant a lui (je souhaite qu'il sache qui je suis, je reste respectueux...) ensuite j'embraye rapidement sur le fait que Von Reuter m'a donné une mission (la je reste vague) et que pour la mener a bien j'aimerai pouvoir me rendre dans les bas quartiers...j'anonce ensuite que wilhelm m'a assuré que lui (Mangold) les connaissait un peu ( j'appuie d'une tape amicale complice faisant référence aux filles de joies) et je lui demande conseil pour retrouver quelqu'un dans les bas quartiers, a qui devrait je m'adresser ( auberge, adresse...)? pourrait je venir de sa part?
par hasard j'essaie de le lancer sur le hobbit ( y'en a t'il dans la ville? si il dit oui sait il combien? si il dit non en connais t'il quelques uns?)

MJ

Tu trouves donc rapidement Mangold tandis qu'il se trouve dans le baraquement à l'entrée de la demeure. C'est un homme d'une trentaine d'années, aux cheveux noirs et au visage carré et mal rasé. Ses yeux, tout aussi noirs, lui donne un regard dur tandis que ses oreilles sont ornées chacune de plusieurs petits anneaux. En lui serrant la main, tu sens une poigne dure et une grande force, ton sentiment se confirmant lorsque tu lui fais ta tape amicale et que tu ressens l'imposante musculature de l'homme.

- Tu veux donc te rendre dans les quartiers sud de Salzenmund, fait Leopold. Si je peux te donner un conseil, Jarl, c'est que tu as beau être norse et inspiré la crainte aux impériaux, cache bien ta bourse dans ces quartiers, car les mains y sont agiles et rapides et tu aurais vite fait d'y perdre ton or. Ne t'annonce pas non plus à tout va comme un employé de von Reuter, car les quartiers sont sous l'influence de Johann Stucker, qui a la main-mise sur toutes les affaires occultes et illégales de Salzenmund. Il a des hommes à lui partout dans ces quartiers, ce sont ses oreilles, ses yeux et ses mains. Il y fait régner sa propre loi. Et on peut pas dire que Stucker et von Reuter soit de grands amis, si tu vois ce que je veux dire...
Quant aux halflings, ils ne sont certes pas très nombreux chez nous -je ne saurais dire combien ils sont mais ça ne doit pas dépasser la cinquantaine-, mais tu n'auras aucun mal à en trouver. Il y a une petite communauté implantée dans les quartiers sud et ils se retrouvent le plus souvent à l'auberge des « Délices du Mootland », elle-même tenue par une famille de ces semi-hommes. Elle est très facile à trouver (Leopold t'indique le chemin).
Tu peux également te rendre à la « Maison des Mille Plaisirs ». Les filles qui y travaillent connaissent toutes les rumeurs de Salzenmund sur le bout des doigts. Il faut dire que leur travail les amène à rencontrer toute la société de la cité. La -comment dire?- « directrice » de la maison est Hilda Moescher, une femme de caractère. Par contre je ne te dirais jamais assez d'y être prudent et discret car ce commerce est sous la férule de Stucker. Ne vient donc pas de ma part car tout le monde sait là-bas que je travaille pour von Reuter. (Leopold t'indique également le chemin pour t'y rendre).
Il y a ensuite de nombreuses tavernes dans ces quartiers. Elles y sont trop nombreuses pour que je puisse te les énumérer toutes. La seule où je me rends régulièrement est la taverne du « Nordlander Assoiffé ». Elle est tenue par un ami, Hanz Hagersfeld. Je le connais depuis très longtemps et tu peux venir de ma part si tu ne le clames pas sur tous les toits. Tu pourras peut-être y trouver quelques renseignements.
Te donner d'autres noms? Des personnes de confiance? Personne n'est digne de confiance dans ces quartiers, crois-moi. Mais l'or délie les langues et ouvre de nombreuses portes. Et ceux qui ne travaillent pas pour Stucker le déteste cordialement.

FIGPAS

je remercie cordialement mangold... enfin un homme qui semble ne pas etre effrayé par ma nature...je l'apprécie bien...il semble vaillant et digne de confiance...

je voudrais me rendre aux bas quartiers ...mais les recommandations de Mangold ne sont pas tombés dans l'oreille d'un sourd... je vérifie ma bourse pour savoir si je ne peux pas proposer a quelques norses de ma connaissances de m'y accompagner contre quelques piéces...vaux mieux etre prudent... je passe donc d'abord au cochon pendu ou je pense les y trouver.

je pense ensuite passer a l'auberge du Norlander assoiffé, peut etre l'ami de Mangold pourra t'il me trouver quelqu'un de "confiance" pour m'y guider...

le fait que Mangold ait évoquer le nom de Johann Stucker, n'est pas anodin... voila un début de piste...celui ci etant ouvertement opposé a Von Reuter et l'influence de Stucker ayant pris pieds dans les quartiers mal famé...le type d'agression et surtout les gens nous ayant pris a partit pourrait correspondre ... je garde ceci a l'esprit.

MJ

Tu te rends donc au « Cochon Pendu ». Ragnar et Egill y sont présents, accompagnés à la tablée par Svein et Caleb, d'autres norses de ton ancienne compagnie. En discutant un peu, tu apprends que tous les autres dont tu n'avais eu aucune nouvelle depuis la dissolution de la compagnie sont partis de Salzenmund pour faire fortune ailleurs. Tu engages alors la discussion sur les quartiers pauvres de la cité. Au départ, aucun d'entre eux ne semble intéressé, mais lorsque tu sors ta bourse, ta proposition devient très vite plus alléchante.

[HRP: Combien proposes-tu? Tu disposes de 31 co, 18 pa, 22 sc]

FIGPAS

je pense que deux norses suffiront... je prend les deux meilleurs et/ou les deux en qui j'ai le plus confiance...

[HRP: je donne ce qu'il faut pour etre honnete avec ceux de mon peuple...peu importe ce que ca coûte...
ceci est un investissemnt sur l'avenir...ca coûte un peu cher mais si je rentre dans les petits papiers de Von Reuter ca me va...]

question qu'est devenu Solveim?

MJ

[HRP: A priori, si j'ai bien compris, c'est juste pour une virée dans la journée dans les bas quartiers. Donc ça ne va pas te coûter cher. 2 pa chacun feront l'affaire.]

Tu proposes donc 2 pa d'argent pour t'accompagner dans les quartiers sud. Ragnar et Egill sont intéressés. Svein et Caleb préfèrent continuer la journée à vider les tonneaux de bière de la taverne.

Lorsque tu demandes ce qu'est devenu Solvein, tes compagnons te disent qu'ils ne l'ont pas vu depuis votre beuverie d'hier soir.

Puis, tous les 3, vous vous dirigez vers les quartiers sud de Salzenmund.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 20:58

FIGPAS

ok direction le nordlander assoiffé...

j'explique aux deux norses que j'attends d'eux qu'ils soient sur leurs gardes... le quartiers est mal famé et les coupe jarrets et autres détrousseurs sont monnaies courantes.. je ne voudrais pas perdre mon temps a combattre ce ramassis de miséreux, c'est pour cela que je vous ai embaucher...trois norses en maraudes ca fait réflechir ...

il se peut qu'il y ait une altercation dans ce cas je connais leur valeur et leur fougue et je leur fait confiance... je vous demande de surveiller nos arriéres et de ne pas prendre la parole... l'idée c'est que plus vite nous serons partit de la, mieux ce sera...

une erniére recommendation ...ne sortez pas vos bourses...

MJ

Tu te diriges donc vers les quartiers sud de Salzenmund en compagnie de Ragnar et Egill. L'odeur des quartiers riches n'est certes pas un doux parfum, mais elle n'est rien comparée à celle qui vous agresse en pénétrant dans ce secteur de la cité. La puanteur est si forte qu'elle te prend aux narines et te monte à la tête. Tes compagnons semblent aussi génés que toi car vous êtes habitué plutôt habitué à l'air pur du grand nord.

Tous les bâtiments paraissent plus ou moins délabrés mais de très nombreux sont totalement en ruines, certainement à cause de la guerre. C'est avec des réparations de fortune que les habitants ont tenté de reconstruire leurs maisons, et il est fort à parier que de véritables artisans ne viennent jamais jusqu'ici offrir leurs services. Les bâtiments n'ont pas de fenêtres vitrées, il y a simplement des trous, occultés par du papier huilé pour empêcher la chaleur de sortir et le froid d'entrer.

La pluie a cessé aujourd'hui, et c'est un pâle et froid soleil de fin d'automne qui hante le ciel. Les rues sont encore boueuses des nombreux jours mouillés.

En avançant dans les rues, tu sens les regards en biais que porte la population à votre petite troupe. Mais l'avantage, c'est que les gens s'écartent devant vos pas.

Tu trouves facilement le « Nordlander Assoiffé » grâce aux indications de Mangold. Le bâtiment semble en meilleur état que tous les taudis avoisinants.

De l'extérieur, tu endents le vacarme incessant de la salle où doit se restaurer et boire la population des quartiers qui tente certainement d'oublier sa misère. Alors que tu entres avec tes compagnons, un silence de plomb se fait soudain dans la taverne. Tous les regards se tournent vers vous. La salle est sombre et enfummée. Un feu brûle dans la cheminée située contre le mur nord, tandis que le bar est installé tout le long du mur est, face à l'entrée. Le plancher, crasseux et répugnant, n'a certainement jamais été lavé depuis la création du bâtiment.

Vous vous dirigez vers l'aubergiste, tandis que la salle reprend son vacarme habituel. C'est un homme qui a passé la trentaine, plus petit que toi, à la longue barbe et aux cheveux longs châtains. Il est loin d'être gros, mais sa silhouette commence à souffrir des repas gargantuesques et de la bière ingurgitée.

- Bonjour messieurs, fait Hanz Hagersfeld. Que puis-je pour vous?

FIGPAS

salut a toi aubergiste. d'abord sers donc a boire a mes amis et a moi même...de la biére... ensuite j'aurais besoin de tes services, je suppose qu'un homme comme toi, connais bien le quartier...et les gens qui y vivent... comme tu peux le constater, nous ne sommes pas originaire de ton pays, donc il me faudrait un guide ici, quelqu'un en qui on peut avoir confiance...attention mon brave, je ne parle pas de quelqu'un pour visiter les quartiers riches de la ville, mais quelqu'un qui saurait evoluer ici même... et surtout qui connaissent les gens...même les moins fréquentables... j'appuie mes propos par une piéce d'argent glissé dans sa main..."pour ta peine"...

MJ

Hanz vous sert la bière que vous avalez rapidement tout en discutant avec lui. Il ramasse les 3 sous que tu payes pour la boisson ainsi que la pièce d'argent.

- Pour bien connaître le quartier, tu es tombé sur la bonne personne. Je ne sais pas si c'est quelqu'un qui t'envoit mais ce qui est sûr c'est que tu as fait le bon choix. Quant à connaître les gens d'ici, comme tu le vois, je tiens une taverne, et depuis fort longtemps, et il n'y a pas meilleur endroit pour être au contact de la population du quartier. Mais bien sûr, ça dépend aussi sur qui tu veux avoir des renseignements. Il va falloir être un peu plus précis dans tes demandes, parce que vois-tu mon gars, des gens pas très fréquentable, il y en a autant ici que de Kislévites en Kislev. Pour vous guider dans le quartier, si vous m'en dites un peu plus, je pourrais vous dire vers quels endroits vous diriger, mais je ne vous accompagnerais pas, bien entendu, j'ai mon commerce à faire tourner. Ah, et si je peux me permettre, 3 norses ensembles ici, et posant des questions sur le quartier, on peut pas vraiment dire que ce soit discret. Mais bon, c'est peut-être pas votre but, hein, mon gars. Un impérial serait bien plus discret et anodin. Aprés, comme je disais, ça dépend aussi sur qui vous voulez des renseignements et qui vous voulez rencontrer. En qui avoir confiance? Je dirais propablement personne, mais la confiance ça s'achète, dit-il avec un grand sourire. Et puis comme je viens de dire ça dépend encore sur qui et sur quoi vous voulez vous renseigner.


FIGPAS

effectivement maitre aubergiste, je suis tombé sur la bonne personne j'ai l'impression... ce que je recherche ici est une personne...quelqu'un qui aurait fait partie d'une bande de miséreux qui se serait essayer a l'attaque de coche...

[HRP: je ne me rappelle plus du nom de la rue ou du quartier dans lequel s'est passé l'attaque, mais j'aimerais bien le lui mentionner...je ne parle pas de Von Reuter.]

cette personne est un halfling du mootland, il y avait avec lui un autre homme, un arbalétrier et une femme. Mais elle est morte dans l'echauffouré, peut etre en as tu entendu parler.... je ne cherche pas a me venger d'eux... la femme a suffit. mais je pense que cette attaque a été commandité par quelqu'un... si je pouvais retrouver cet halfling, ou bien l'arbalétrier, il pourrait peut etre me dire qui les as payé pour faire ca...et si je suis satisfait peut etre les paierait je moi même en retour...

bien entendu hans je n'ai parler de ceci qu'a toi même, donc si cela s'evente, tu sauras a quel point nous les norses savons nous montrer peu discrets...nous nous comprenons bien, n'est ce pas?

MJ

[HRP: Pour le nom de la rue, tu ne la connais simplement pas. L'attaque a été rapide et à ce moment-là, tu n'avais pas cherché à savoir dans quel endroit exact vous étiez. Par contre, tu sais que c'était dans le quartier marchand de Salzenmund.]

- Un halfling? Saleté de semi-hommes, toujours à être dans les mauvais coups, ceux-là! Je n'ai pas spécialement entendu parler d'une attaque récente mais je pense que pour retrouver un halfling ici, il n'y a rien de plus simple. Il existe une petite communauté d'entre eux à Salzenmund. Ils se retrouvent le plus souvent à l'auberge des « Délices du Mootland », située pas très loin d'ici (Hanz t'indique le chemin par la même occasion). Si ton aggresseur est de la cité, il y fait certainement quelques apparitions. Je ne peux t'en dire plus, jamais ces gens-là ne viennent dans ma taverne. Par contre, c'est une communauté assez soudée, et il ne te sera pas facile de les faire parler sur l'un des leurs.
Quant à l'arbalétrier, des spadassins prêt à tout pour quelques pièces courrent les rues par chez nous. Il y a tout de même un receleur du nom de Piotr Ryjkov qui a son « commerce » à quelques pas d'ici (il t'indique une nouvelle fois le chemin). Il connaît la plupart des mauvaises âmes du coin qui sont prêts à se damner pour de l'argent. J'aime pas ce gars, c'est un fourbe. Et en plus, disons que ce Piotr est à la solde d'un plus gros poisson, si tu vois ce que je veux dire, alors, côté confiance, c'est pas forcément la bonne personne.

FIGPAS

je le remercie et je fais demi tour... je decide de me rendre d'abord chez piotr, le receleur...ce n'est peut etre pas une personne de confiance mais la communauté "soudée" de halfling ne me parait pas vraiment une bonne idée... je garde ceci en reserve pour plus tard...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 21:00

MJ

Tu n'as aucun mal à trouver la boutique sombre du receleur grâce aux indications de Hanz. C'est une petite masure, sale et poussièreuse, située dans un recoin d'une ruelle. Un bric à brac de pièces et ustensiles divers jonchent le sol et remplissent les murs. C'est un véritable capharnaum. Piotr est installé derrière son comptoir. C'est un grand homme bien bâti dont les origines kislévites se lisent sur son visage.

- Je peux vous aider, messieurs? dit-il en se retournant vers vous et en dévoilant un sourire troué par les nombreuses dents qui lui manquent.


FIGPAS

Bonjour je viens vers vous car je cherche quelqu'un et l'on m'a conseillé de m'adresser ici... m'as t'on trompé ou m'as t'on bien renseigné?

MJ

- Et bien, mon gars, ça dépend de qui tu cherches, répond-il avec son fort accent kislévite. Bien sûr que je connais du monde dans ce quartier, alors si c'est l'un d'eux, il y a de grandes chances que je puisse t'aider. En même temps, ma mémoire est souvent défaillante... l'or permet toujours de la faire travailler au mieux.

FIGPAS

pour ce qui est de l'or...pas de probléme...tout depend de ce que j'apprendrais. il y a [HRP quelques jours?...désolé mais avec l'interruption, je me souviens plus si c'etait la veille ou pas...] un coche a été attaqué par quelques malandrins... une femme, un arbalétrier, et un halfling... la femme a été tuée. l'arbalétrier et le halfling courrent toujours, et je souhaiterais les retrouver...l'un ou l'autre fera l'affaire. pas question de vengeance ou quoi que ce soit, je cherche seulement a leurs parler...et si je suis content de leurs propos...je peux aussi me montrer généreux. peux tu les retrouver et/ou m'arranger une rencontre?...et combien me couterait cette faveur?

MJ

Piotr fronce le sourcil tout à coup.
- Leur parler? Mais de quoi voulez-vous leur parler? Et en quoi cette attaque de coche vous concerne? Et puis, vous savez, l'argent je préfère l'avoir avant de donner des informations. Il y a trop d'escrocs qui traînent dans le coin, dit-il avec son sourire édenté.

[HRP: L'attaque a eu lieu il y a 3 jours.]

FIGPAS

ce dont je veux leur parler? ca ne regarde que moi et eux... l'argent sera donné aprés...a moins que vous ne vouliez me traitez a nouveau d'escroc, dans ce cas on oublie l'affaire et je rase votre bicoque avec mes deux collégues et tant que j'y suis puis je vous eventre comme un cochon et je pends vos tripes devant les ruines de votre taudis...pour rappeler aux gens qu'on insulte pas les norses... sur ce j'appuie ma tirade en dégainant ma hache...lentement, trés lentement....

MJ

Piotr se raidit tandis que tu sors lentement ta hache. De grosses gouttes commencent à perler sur son front.
- Très bien, dit-il d'une voix légèrement tremblante. Faut pas s'énerver comme ça. Je ne parlais pas de vous, mais de la plupart des gens qui sont du quartier. Vous je suis sûr que vous êtes des hommes d'honneur. Un arbalétrier, une femme et un halfling... voyons que je cherche dans mes souvenirs... oui, oui... ça me dit bien quelque chose. Ils sont bien venus il y a quelques jours pour se fournir en armes. La seule chose que je peux vous dire c'est qu'ils étaient étrangers à Salzenmund et qu'ils avaient élu domicile à l'auberge du « Vin Chantant ». L'homme s'appelait Helmut Greft. Les deux autres, je n'en ai aucune idée.
Le receleur t'indique alors le chemin.
- Je crois que mes renseignements sont de grandes valeurs pour vous. J'espère que vous me récompenserez comme il se doit, et comme un homme de parole que vous êtes, j'en suis certain.

FIGPAS

[HRP: Désolé... perte du message!]

MJ

Tu reprends ton chemin en parcourant les rues boueuses et malodorantes des quartiers pauvres de la cité, sous le froid de cette fin de saison d'automne et sous l'oeil vigilant du soleil qui en est à mi parcours de son voyage quotidien. Tu aperçois le "Vin Chantant" au détour d'une ruelle.

C'est une maison typique du quartier, sensiblement moins délabrée que ses voisines. Apparemment, les tavernes ont été les premiers bâtiments à être remis sur pied depuis la guerre et il semble bien qu'elles soient la priorité de tous les habitants.

De nombreuses personnes entrent dans l'auberge, certainement entraînées par leur ventre qui crie famine.

FIGPAS

je rentre dans l'auberge, flanqué de mes deux acolytes... on essaie de passer inapercu ( ahahhah...) je me dirige vers l'aubergiste immediatement...
- bonjour mon brave, pourrait tu me presenter a Helmut Greft, l'on m'a dit qu'il avait élu domicile ici...
je fais tinter un sou de cuivre pour appuyer ma modeste requéte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 21:01

MJ

L'intérieur de l'auberge est la réplique du "Nordlander Assoiffé". Sale, sombre, enfumé, bruyant et au sol répugnant. Presque toutes les tables sont occupées par des habitants qui prennent leur repas ou boivent pour oublier leur misère.

Une nouvelle fois, en passant la porte de la taverne, le brouhaha fait place à un silence pesant, tandis que tous les regards se tournent vers vous. Puis, petit à petit, le bruit reprend sa place.

[HRP: Test d'Intelligence. Réussite.]
A peine as-tu fait quelques pas vers l'aubergiste que tu aperçois du coin de l'oeil un homme qui se lève de sa table et se dirige vers la porte discrètement. Son visage ne t'est pas étranger. Soudain, ton esprit ne fait qu'un tour et tu reconnais parfaitement l'arbalétrier...

FIGPAS

je cri aux deux norses qui m'accompagnent "lui! attrapez le coûte que coûte! si possible vivant..."

[HRP/ en fait j'ai crié ca aussi pour les gens qui boivent et mangent, juste pour leur faire savoir qu'on est déterminé...]

et puis je tente moi même de l'attrapper, je suis Norse quand même... hache dégainée, charger....

MJ

Vous vous s'élancez comme un seul homme vers Helmut.

Le silence est tombé comme un couperet dans la salle, puis, tout à coup, c'est la cohue générale, tandis que les gens tentent à qui mieux-mieux de se reculer devant le passage des norses aux yeux rougis par la rage.

Voyant son chemin vers la porte de sortie complètement bloqué, Helmut se retourne et se dirige vers les escaliers qui mènent à l'étage. Il a un peu d'avance sur vous et la foule déboussolée et paniquée ainsi que les nombreuses tables de l'auberge vous ralentissent considérablement.

[HRP: Si tu as des idées pour tenter de le rattraper plus rapidement -ou avoir une autre stratégie-, c'est le moment. Dis-moi ce que tu tentes de faire... ou ne tentes pas. Décris moi les actions que tu entreprends et ce que tu dis à tes compagnons -si tu dis quelque chose-.]

FIGPAS

je laisse a un norse le choix pour le rattraper au mieux, le second je lui cri en Norse de sortir pour lui couper la route au cas ou il s'echappe par une fenetre... (ah ils ont peur des norses les norlanders? on va leur donner des raisons moi je te le dis...)

comment est fichue la salle? table basse, comptoir, plafond plutot haut ou bas? y'a t'il des lustres a quoi s'accrocher? par défaut l'idée serait de trouver un moyen facile (donc plutot en hauteur pour éviter la foule) pour acceder au bonhomme... je pensais passer par le comptoir mais je ne sais pas s'il me rapproche de lui, sinon va falloir jouer des coudes dans la foule... TAIAU! TAIUA!

MJ

Il y a un foyer ouvert au milieu de la taverne, ce qui permet de réchauffer la salle et de donner de la lumière. Les tables les plus loin du feu sont équipées d'une petite bougie. Pas de lustre. Le plafond est plutôt bas.

En effet, l'escalier se trouve au bout du comptoir, tandis que celui-ci longe tout le mur prés de toi. Par contre, à cause de la cohue, plusieurs personnes se sont amassées le long de celui-ci. Il faudra faire un peu de place pour l'atteindre. Le comptoir est plus haut que les tables. Il faudra te pencher un peu si tu veux monter dessus.

Les tables, quant à elles, ne sont donc pas très hautes et ne sont pas très espacées les unes des autres. Avec un brin d'agilité, il est possible de passer de l'une à l'autre sans grosse difficulté.

Tandis que tu fais le tour de la salle pour voir un peu sa disposition, tu aperçois du coin de l'oeil l'aubergiste sortir discrètement un gros tromblon de sous le comptoir. Il ne semble pas vouloir en faire usage immédiatement, mais on n'est sûr de rien!

FIGPAS

impec...
comme tout me parait trop compliqué je joue des coudes et des poings pour me rapprocher du bonhomme... je suppose que l'aubergiste ne tirera pas sur la foule et comme je suis en train de la traverser, je l'ignore completement... il est hors de question de laisser partir l'arbaletrier...priorité absolue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
TrollCrusher
Grosse Maman Troll
Grosse Maman Troll
avatar

Nombre de messages : 1050
Age : 40
Localisation : Baudreix
Date d'inscription : 11/11/2006

MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   Ven 25 Jan - 21:04

MJ

Entendant tes indications, Egill se fraie un chemin vers la sortie afin de prendre à revers l'arbalétrier au cas où il s'échapperait par une fenêtre. Ragnar et toi, vous épaulant l'un et l'autre traversaient la salle rapidement, jouant des coudes et des poings à travers la foule paniquée, renversant les tables et les chaises sur votre passage, laissant un chaos sans nom derrière vous.

Vous atteignez l'escalier tandis que Helmut arrive à l'étage. Vous le suivez à grandes enjambées et, arrivant en haut, vous le voyez s'engouffrer dans la pièce au fond du petit couloir sombre. Vous vous retrouvez devant la porte fermée et entendez une voix terrifiée.
- Allez vous-en! N'entrez pas! Je suis armé. Si vous franchissez cette porte, je vous tuerais!

FIGPAS

on est norse...donc pas fin... je fais un signe a Ragnar de defoncer la porte... je me prepare a recevoir le bonhomme comme il se doit...

MJ

[HRP: J'aime ta témérité!!! A l'autre de défoncer la porte... au cas où!!!]

Au bout de quelques instants, Ragnar enfonce la porte. Helmut l'attend de pied ferme, et, le voyant passer la porte, décoche un carreau d'arbalète. La pointe du projectile vient se ficher dans l'épaule de ton compagnon qui a un mouvement de recul. Les yeux rougis par la rage, le norse se jette sur son agresseur, qui, d'un mouvement désespéré, se jette par la fenêtre, entraînant avec lui de nombreux bris de verres.

En vous approchant, vous apercevez Helmut, affalé sur le sol boueux. Egill se dresse au dessus de lui, la hache fermement en main. L'arbalétrier semble terrorisé, impossible de faire le moindre mouvement.

Du couloir, vous entendez des bruits de pas montant l'escalier.

FIGPAS

[HRP: merci, mais je suis pas fou...]

je choppe une chaise et je bloque la porte... je fais signe a Ragnar de sauter par la fenetre avec moi, on ne va pas attendre le comité de nettoyage...on va rejoindre Egil et l'arbaletrier dans la rue...ce dernier n'attends rien pour attendre. je suppose qu'Egil peut depasser sa douleur...il est norse quand même...

MJ

Tu bloques la porte avec la première chaise qui te tombe sous la main. Vous entendez des coups derrière et des cris.
- Ouvrez la porte!

Vous vous regardez avec Ragnar et vous comprenez au premier coup d'oeil. Comme un seul hommevous vous jetez par la fenètre, déjà brisée par le passage de Helmut.

[HRP: Jarl, Test d'Agilité, Echec. 3 dégats. Ragnar, Test d'Agilité, Echec. 4 dégats.]

Vous tombez lourdement sur le sol de la rue. La douleur est vive mais supportable. Pour un norse. Tandis que vous vous relevez, Egill vous regarde en tenant l'arbalétrier toujours à genou devant lui par les cheveux.
- Bon qu'est-ce qu'on fait, Jarl? te demande-t'il calmement, un grand sourire lui fendant son visage barbu.

FIGPAS

on trouve un coin tranquille.. et vite... si ce type fait des problémes, fais ce qu'il faut...
je lance un regard a ragnar et un a l'arbalétrier...j'espére que tu as bien compris?

[HRP/ l'objectif ici est de trouver un coin calme pour le questionner...tout peut faire l'affaire..ruelle sombre , entrepot...etc]

MJ

Vous quittez rapidement les lieux prés de l'auberge. Juste avant de tourner le coin de la rue, vous apercevez l'aubergiste armé de son tromblon apparaître à la fenêtre brisée d'où vous avez sauté.

Helmut Greft se laisse facilement entraîner et n'oppose aucune résistance. Les traits de la terreur se lisent sur son visage.

Vous trouvez facilement un coin tranquille. Les nombreuses maisons en ruines, dont certaines inhabitées font parfaitement l'affaire, surtout qu'il y en a beaucoup situées dans les innombrables ruelles sombres du quartier.

En entrant dans la ruine sombre et sale, Egill projette l'arbalétrier au sol, qui se met à gémir.
- Je vous en supplie, fait-il entre deux sanglots, ne me tuez pas... Je vous donnerais ce que vous voudrez, mais par pitié, laissez-moi en vie. Que voulez-vous de moi?

FIGPAS

si tu hurles ou si tu essaie de t'enfuir , je te tue sans sommation, compris? maintenant je pense que tu m'as reconnu,n'est ce pas? je suis celui qui as tué ta compagne lors de l'assaut raté du coche l'autre soir... je t'ai retrouvé, pas de chance pour toi...alors tu vas me dire quelque chose a moins que tu ne preferes que je ne laisse mon compagnon se venger de ton carreau d'arbaléte... il est evident que toi et tes compagnons n'ont pas attaqué ce coche par hasard, ne me raconte pas le contraire cela pourrait me mettre en colére... qui vous a payé pour cela? que voulait t'il exactement de vous?

je rajoute en norse a l'attention de RAGNAR " souffres tu mon ami?, en fonction des réponses de l'homme, je te laisserais te venger..."

MJ

- Ca va, Jarl, te répond Ragnar en serrant les dents.
Mais tu vois bien que le teint de ton compagnon a radicalement changé. Il est très pâle et quelques gouttes de sueurs perlent sur son front.

Helmut est totalement terrifié devant vous. Ses mots sortent difficilement de sa bouche, ses phrases sont coupées par de longs sanglots.
- C'est vrai, nous n'avons pas attaqué le carosse par hasard, te répond-il. Nous avons été payés pour cela. Nous devions tuer le passager du carosse, un certain Waldemar von Reuter. C'était tout ce qui importait. Je ne sais pas qui c'est, je ne suis pas de Salzenmund. Je ne faisais que le travail pour lequel on m'a donné de l'or. Si vous voulez tout savoir, celui qui m'a employé est un certain Gulliver Stroch. Il habite le quartier, je ne sais pas où, je l'ai juste rencontré au "Vin Chantant". C'est l'aubergiste qui nous a mis en relation. Stroch cherchait des hommes de main pour un sale boulot, nous, nous cherchions de quoi gagner un peu d'argent. Je ne peux rien vous dire de plus... je ne sais rien de plus. Mais par pitié, laissez-moi la vie sauve!


Alors qui est donc celui qui a voulu tuer von Reuter? Et pouquoi?
Bon courage à ceux qui oseront lire tout ce que je viens de poster!!!! Et à bientôt pour la suite!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Warhammer JDR]Version MP: Rapport   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Warhammer JDR]Version MP: Rapport
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Warhammer JDR]Version MP: Rapport
» Rapport de bataille HE vs O&G
» [WhB][3000][am] Rois des Tombes vs Comtes Vampires
» elfes noir contre sac à main
» 2000Pts bretonnien (Charger!!!!!)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Trollquipeut.com :: Le jeu de rôle :: Rapports-
Sauter vers: